Nos jeunes filles sont-elles dépendantes du maquillage?

Il y a quelques dizaines d'années, les jeunes filles commençaient (parfois) à se maquiller légèrement pour des occasions spéciales... vers 15 ou 16 ans! De nos jours, il n'est pas rare de remarquer des filles bien plus jeunes qui ne sortent pas de chez elle sans être au préalable passées par tout un rituel de beauté... Que faut-il en penser?

Ça commence à quel âge?

Il peut arriver que des filles en 5e et 6e année de primaire se maquillent légèrement (du gloss sur les lèvres, par exemple), mais le fait reste encore isolé. Par contre, dès l'entrée au secondaire, la grande majorité des jeunes filles adoptent un maquillage discret... ou pas!

Plus les filles grandissent, plus elles se maquillent, et il n'est pas rare que l'immense majorité des jeunes soient maquillées pour aller à l'école vers 13-14 ans. Parfois, il ne s'agit encore que d'un embellissement discret (crayon noir, mascara et gloss) et d'autres fois le visage est « travaillé » comme celui de leurs starlettes préférées : fond de teint, anticernes, rouge à lèvres, blush, fard à paupières, etc. La totale!

Évidemment, il y a toujours quelques exceptions : certaines jeunes filles décident de ne pas suivre la tendance, ou peut-être que ce sont des parents plus sévères qui leur interdisent le maquillage?

Les raisons

Comme c'est le cas pour toutes les femmes, quel que soit leur âge, les raisons invoquées pour justifier l'utilisation du maquillage sont variées. En voici un aperçu :

  • Camoufler des imperfections (boutons, point noirs),
  • Avoir l'impression d'être « moche » au naturel
  • Ressembler à des modèles (stars ou autres),
  • Se sentir mieux dans sa peau,
  • Appartenir à un « groupe » (gothique, emo)
  • Se sentir belle et admirée,
  • Séduire
  • Plaire aux autres (les garçons!!!),
  • Prendre confiance en soi,
  • Faire comme ses amies,
  • Etc.

Y a-t-il un problème?

Si l'on envisage les choses au premier degré, toutes les raisons précédentes peuvent être valables... Mais l'inconfort provient surtout du fait que l'on parle de très jeunes filles (12 à 15 ans).

Est-il légitime pour une jeune de 12 ans de vouloir à tout prix plaire au sexe opposé? Et surtout, comment se fait-il que ces jeunes s'aiment si peu qu'elles ne peuvent concevoir de se montrer aux autres sans au préalable « masquer » leur beauté naturelle?

En fait, bien plus que le maquillage en lui-même, ce sont les raisons sous-jacentes à cette pratique qui sont surtout inquiétantes. Normalement, nos jeunes devraient grandir en connaissant leurs forces et leurs faiblesses, en étant fières de ce qu'elles sont. Bien sûr, tout le monde est différent, mais c'est justement en prenant conscience du fait que chacune est unique que ces jeunes peuvent avancer dans la vie.

Malheureusement, les médias et la pression sociale poussent souvent les jeunes filles à croire qu'un seul et unique modèle est « acceptable » : celui de la fille toujours parfaite et sous son meilleur jour, quel que soit le moment de la journée et l'occasion. Pour cette raison, nos jeunes en viennent à croire que pour plaire à ceux qui les entourent, elles doivent adopter toute une série de « rituels ».

De plus, lorsque les filles commencent à se maquiller sur une base quotidienne, elles entrent dans un cercle vicieux et deviennent bien souvent incapables de sortir (même au dépanneur) sans se farder. Et si par hasard elles s'y essaient, les proches auront tôt fait de leur dire qu'elles ont l'air malade ou fatigué... D'ailleurs, il existe désormais des lignes complètes de produits de beauté qui visent expressément cette clientèle. Ce n'est rien pour les encourager à rester naturelles!

Des pistes de solution...

Il est normal pour toutes les adolescentes de façonner leur personnalité. L'école secondaire est un passage spécial dans la vie, durant lequel on apprend la « vie adulte ». Même si la pression des amies ainsi que le désir d'être « comme tout le monde » joue un grand rôle dans les habitudes de nos jeunes filles, celles-ci devraient aussi encouragées à être elles-mêmes et rester naturelles.

Évidemment, ce n'est pas en interdisant tout bonnement toute forme de maquillage que nous allons aider nos jeunes, mais il est nécessaire de leur parler des vraies valeurs, de ce qui compte vraiment. Et même si nos jeunes prennent un malin plaisir à nous faire comprendre qu'elles sont désormais « grandes » et donc libres de faire ce qu'elles veulent, ce n'est pas encore le cas! Ces toutes jeunes filles en ont encore beaucoup à apprendre et il est primordial en tant que parents (professeurs, éducateurs, tuteurs, etc.) de les aider à valoriser ce qui est vraiment important : leur personnalité, leur compréhension du monde, leurs besoins réels et uniques.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires