Mon enfant est trop parfait

Certains parents ont des enfants qui ont l'air vraiment parfaits : ils réagissent exactement comme il le faut dans toutes les situations, ne se révoltent pas, travaillent bien à l'école, ne se plaignent jamais... Cela peut sembler un rêve devenu réalité pour ceux dont la progéniture est plus difficile à maitriser, mais qu'en est-il réellement? Est-ce normal pour un enfant d'être « sage comme une image », ou est-ce qu'il y a au contraire matière à s'inquiéter?

Jamais de bêtises

Il est évidemment très rare qu'un enfant ne fasse jamais aucune bêtise et qu'il n'y ait jamais besoin de le reprendre, le gronder ou le punir. Toutefois, cela existe, dans une certaine mesure. Certains parents remarquent que leurs jeunes sont très différents des autres, et ce, depuis leur plus jeune âge et dans presque tous les domaines de leur vie.

  • Ils mangent bien, et de tout.
  • Ils adorent l'école et ont d'excellents résultats.
  • Ils excellent dans tout ce qu'ils touchent : sports, arts, etc.
  • ls sont serviables, aiment aider, participent aux tâches ménagères sans qu'on le leur demande.
  • Ils utilisent un langage approprié (pas de gros mots), ne répondent pas de manière insolente, sont toujours polis.
  • Lorsqu'on leur demande quelque chose, ils le font toujours à l'instant sans rechigner.

Le revers de la médaille

Tout cela peut sembler merveilleux à certaines personnes, mais pourtant, il ne faut pas croire pour autant que ces enfants « parfaits » n'ont pas d'autres problèmes. En fait, la nature plutôt silencieuse de ces jeunes fait qu'à première vue, il est peut-être moins évident pour un observateur extérieur de voir « ce qui ne va pas. » Pourtant, les parents (et les spécialistes de l'enfance) remarquent que leurs comportements sont parfois exagérés dans certains domaines. Par exemple :

  • Ils sont trop compétitifs, ne supportent pas l'échec.
  • Ils sont nerveux, anxieux.
  • Ils sont trop perfectionnistes et se sentent mal lorsque les choses ne se déroulent pas comme ils le voudraient.
  • Ils font des crises de colère ou « explosent » quand personne ne s'y attend.
  • Ils sont hyper exigeants envers eux-mêmes, souvent plus que leurs propres parents.
  • Ils ne jouent pas beaucoup et n'ont pas d'amis très proches, car ils ont souvent des réactions trop matures et trouvent que les enfants de leur âge sont « bébés. »

Une question de personnalité...

Bien sûr, il ne faut jamais généraliser. Il y a vraiment des enfants qui sont plus faciles à vivre et plus obéissants que d'autres. Les parents de plusieurs enfants le savent parfaitement. Ce n'est pas parce qu'un enfant semble à première vue parfait qu'il y a forcément anguille sous roche et qu'il est en fait un petit être troublé avec une bombe à retardement cachée dans le ventre.

Certaines personnes sont calmes et perfectionnistes de naissance. Cela fait partie de leur caractère et ce n'est pas pour autant qu'ils sont moins heureux que les enfants turbulents. Il faut accepter nos enfants comme ils sont et leur démontrer que notre amour est inconditionnel et ne dépend pas de leur comportement.

... ou d'éducation?

Toutefois, il ne faut pas nier non plus que certains jeunes s'efforcent de tout leur coeur de « devenir » parfaits, parce qu'ils s'imaginent que c'est comme cela uniquement qu'ils sont et seront appréciés. En fait, il peut arriver que des enfants aient une nature plutôt facile, et que les adultes qui les entourent s'y habituent.

Ils les complimentent tellement que le moindre écart de conduite (même minime) entraine des réflexions du genre « Mais qu'est-ce qui t'arrive? Pourquoi tu as changé? » Parfois, les parents sont si surpris du changement soudain de comportement chez leur enfant qu'ils mettent en place des mesures punitives inappropriées ou sont plus sévères qu'il ne le faudrait dans ces circonstances. Les enfants s'imaginent alors que leurs parents ne les aiment que lorsqu'ils sont parfaits en tout, et travaillent très fort pour ne jamais les décevoir. Seulement, comme ce sont de petits êtres humains, il est impossible de ne jamais commettre d'erreur et ces jeunes deviennent ainsi de plus en plus perfectionnistes et exigeants envers eux-mêmes.

Il y a aussi des parents qui sont par nature trop exigeants et qui, parfois sans même s'en rendre compte, font comprendre à leurs enfants que les résultats (scolaires, sportifs, artistiques) et les apparences (politesse, etc.) sont plus importants que toute autre chose. Ces jeunes vivent dans une forme de détresse psychologique, car ils ont constamment peur de perdre l'amour et l'attention de leurs parents. C'est pour cela qu'ils ont tendance à « exploser » en cas d'échec. Ils tentent, inconsciemment de faire comprendre à leurs parents qu'ils savent qu'ils ont échoué et qu'ils sont fâchés après eux-mêmes d'avoir déçu leurs attentes.

Quelques conséquences inquiétantes

Plusieurs études scientifiques récentes ont prouvé que les enfants parfaits avaient tendance à vivre plus de dépressions et de troubles psychologiques (crises d'angoisse) à l'âge adulte, peut-être parce qu'on ne les a jamais laissés faire face à leurs échecs dans l'enfance.

Les chercheurs ont également remarqué que ces jeunes trop sages tendaient à avoir des troubles alimentaires et/ou à se révolter de manière souvent excessive pendant leur adolescence.

Apprendre à « relâcher »

Quelle que soit l'origine du comportement de ces enfants trop sages, il est nécessaire de les aider pour qu'ils ne gardent pas en eux des sentiments négatifs, le cas échéant. Lorsque les parents sont eux-mêmes perfectionnistes et trop exigeants, ils doivent aussi faire un travail d'introspection et revoir leurs méthodes éducatives. Dans tous les cas, il faut communiquer avec nos jeunes le plus souvent possible :

  • Leur faire comprendre qu'on les aime comme ils sont.
  • Accorder plus d'importance à ce qu'ils sont, pas à ce qu'ils font.
  • Leur apprendre que l'échec est normal, cela fait partie de la vie.
  • Ne pas les punir ou les réprimander de manière exagérée pour des actions enfantines normales, même si vous n'y êtes pas habitués de leur part : il ou elle a le droit de piquer une crise, de répondre, de refuser de faire quelque chose.
  • Ne pas les considérer comme des adultes : ils ne sont pas vos confidents et vos conseillers, même s'ils semblent jouer ce rôle à merveille!

Vous pouvez aussi leur raconter des anecdotes de votre propre enfance, vos plus grosses gaffes et bêtises. Les enfants adorent ça, et c'est aussi un moyen de leur montrer que la perfection n'existe pas! Et c'est très bien comme ça... Bien sûr, si leur comportement vous inquiète, n'hésitez pas à consulter.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires