Mon enfant est ingrat

Nos enfants, on les aime inconditionnellement, et on ferait tout pour eux. Mais cela n’empêche pas que certains de leurs comportements peuvent nous déranger, voire beaucoup nous décevoir. C’est le cas, entre autres, de cette capacité qu’ont certains jeunes à se montrer particulièrement ingrats, et à croire que tout leur est dû.

Quelles sont les sources de l’ingratitude des enfants, et comment faire pour régler ce problème une fois pour toutes? Voici quelques pistes de réflexion sur le sujet.

Enfants ingrats, pourquoi?

Les enfants qui viennent au monde, particulièrement dans nos sociétés occidentales, sont le plus souvent traités comme des rois dès le jour de leur naissance. Il n’y a pas de mal à cela dans une certaine mesure : on les a attendus de longs mois (parfois plusieurs années), on s’assure d’acheter tous les derniers gadgets en matière de soins et de sécurité, on sacrifie une bonne partie de nos habitudes de célibataires pour leur bien-être afin de les élever de la meilleure manière possible, etc.

Et pourtant, au fur et à mesure qu’ils grandissent, on réalise parfois qu’ils tiennent tout pour acquis, et qu’ils se comportent comme si nous leur devions tout. C’est vrai jusqu’à un certain point : on doit les aimer (le plus important), les nourrir, les habiller, et surtout, leur fournir tous les outils nécessaires afin qu’ils deviennent des adolescents et des adultes épanouis, capables de fonctionner dans le monde et en société. Mais il est parfaitement faux de croire que chacune de leurs envies doit être respectée. La vie n’est pas faite comme cela pour les adultes, alors pourquoi le serait-elle pour les enfants?

La manière dont on éduque les enfants fait souvent toute la différence dans leur compréhension du monde qui les entoure. Si on se plie constamment à leurs moindres souhaits et envies, il y a de fortes chances que les jeunes ne comprennent pas qu’il s’agit d’un privilège qu’on leur octroie et non d’une obligation de notre part. On doit enseigner aux enfants, dès leur plus jeune âge, à se montrer reconnaissants lorsqu’ils sont contents et obtiennent une faveur, à dire merci et s'il vous plait, et surtout, à savoir que leurs demandes peuvent parfois rester sans réponse.

Bien sûr, si un enfant commence à faire un caprice pour obtenir un nouveau jouet et que les parents cèdent, il aura tendance à recommencer sa crise encore et encore, et il aura, au fur et à mesure, l’impression que tout ce qu’il souhaite arrive comme par magie. Si ses moindres désirs sont assouvis dès la naissance, il est normal qu’il croie que tout lui est dû! De plus, si l'on encourage ce comportement sans rechigner chez les très jeunes enfants, on ne peut s’attendre à ce qu’ils prennent soudainement conscience de leurs torts à un certain moment. L’éducation est un processus à long terme.

Les différentes manifestations d’ingratitude

Les enfants ingrats peuvent présenter différents comportements, dont voici les plus courants :

  • Ils sont impolis : ils ne disent pas merci et s’il vous plait, ne saluent pas en retour quand un adulte ou un autre enfant leur parlent, expriment ouvertement leur déception lorsqu’ils n’obtiennent pas exactement ce qu’ils voulaient.
  • Ils ne montrent aucune appréciation envers les gestes gentils que leurs parents ou d’autres personnes ont envers eux. Cela peut être très simple : leur offrir leur gâteau préféré par exemple, même s’ils l’ont demandé, nécessite une forme de gratitude de leur part!
  • Ils sont insatisfaits : peu importe ce qu’on leur donne, ils voudraient toujours autre chose de plus grand, plus cher, d’une autre couleur, etc.
  • Ils sont envieux : ils comparent sans cesse ce qu’ils ont avec ce que d’autres enfants ont. Cela peut être des jouets, des vêtements, des activités, etc.
  • Ils sont égoïstes : ils ne veulent jamais partager leurs choses, mais exigent pourtant des autres qu’ils le fassent pour eux.
  • Ils sont matérialistes : ce qu’on leur offre n’a pas de valeur à leurs yeux, si ce n’est pas le dernier modèle, la marque à la mode ou l’objet le plus cher de la gamme.

Ici, il est bien important de faire la différence entre un comportement ponctuel et une habitude. Comme c’est le cas pour les adultes, il est parfaitement normal qu’un jeune ait parfois une mauvaise journée, une grande déception ou un accès de colère! Cela fait simplement partie de la vie. La situation devient en fait problématique lorsqu’on a l’impression que ces comportements négatifs surviennent sans cesse.

De plus, il faut tenir compte du caractère de chacun : certains enfants se montrent plus têtus que d’autres, et cela est un trait de leur personnalité. Toutefois, ça ne doit pas empêcher les parents de leur apprendre que certains traits de caractère doivent être contrôlés. On fait tous constamment des concessions.

Des changements à effectuer

Dans l’immense majorité des cas, l’ingratitude des enfants provient surtout de la manière dont ils sont éduqués et des valeurs qui leur sont inculquées. C’est bien connu, les jeunes apprennent par l’exemple et par l’habitude. Voici donc quelques pistes pour vous aider à traiter ce problème :

  • Prêcher par l’exemple : on ne peut pas s’attendre à qu’un enfant se montre poli et content de ce qu’il a si l'on se plaint soi-même sans cesse. Il ne sert à rien de lui apprendre à dire merci si on ne le fait pas! On devrait constamment montrer à nos proches (conjoints, amis, collègues, voisins, etc.) que l’on est reconnaissants de ce qu’ils font pour nous, même si c’est normal.
  • Imposer des limites : ne pas céder aux caprices des enfants, ne pas les câliner 2 secondes après les avoir chicanés (même s’ils pleurent toutes les larmes de leur corps), ne pas leur acheter tout ce qu’ils désirent même si l’on en a les moyens.
  • Être constant et apprendre aux jeunes que leurs comportements négatifs ont des conséquences. Ils devraient connaître à l’avance la punition (adaptée selon l’âge) qui les attend, et surtout, savoir qu’elle sera mise en œuvre. Il ne sert à rien de les menacer si on sait qu’on n’ira pas jusqu’au bout.
  • Leur enseigner à respecter ceux qui les entourent, peu importe leur âge et leur situation d’autorité.
  • Féliciter les jeunes lorsqu’ils se montrent polis et respectueux, lorsqu’ils partagent leurs affaires, lorsqu’ils aident un ami. Les enfants ont tendance à vouloir répéter les actions que l’on aime.
  • Encouragez les enfants, même les plus jeunes, à participer dans les travaux et tâches familiales : porter un sac d’épicerie, mettre leur assiette dans l’évier ou le lave-vaisselle, etc. Et les remercier pour leur aide. Ils doivent réaliser que leurs actions sont indispensables, mais que la gratitude qui l’accompagne est aussi indispensable
  • Leur expliquer, dans des mots adaptés à leur âge, que vous ne pouvez pas toujours leur donner ce qu’ils veulent, et que vous-même n’avez pas toujours tout ce que vous voulez.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires