Mieux gérer les chicanes des enfants

«Il m’a volé mon truc!», «Elle m’a pincé!», «Il triche!», «Elle a toujours le plus gros morceau!», etc. Les chicanes entre frère et sœur sont le lot de toutes les familles. Voici toutefois des trucs pour mieux les gérer… dans le calme!

Être calme

Rien ne sert d’élever le ton ou de se sentir immédiatement impliqué dans la chicane de vos enfants. On essaie de demeurer calme et de parler normalement. On écoute ce qu’ils ont à nous dire et on les amène eux-aussi à reprendre leurs esprits. On ne tolère pas les envolées dramatiques ni l’accusation. La priorité est de ramener le calme.

Être juste

On écoute ce que chacun a à dire. On leur donne le droit de parole entier chacun leur tour en ne leur permettant pas de couper la parole. On les incite à parler au «je» plutôt qu’au «tu» et on leur fait mettre un mot sur l’émotion qu’ils ont vécue. Ensuite, on leur demande comment ils pourraient régler le conflit ou encore on les pousse à se questionner si la chicane n’a pas pris des proportions exagérées. On ne prend pas le partie du plus jeune, parce qu’il est plus petit que son frère ou sa soeur; autrement on le fixe dans un rôle de victime et le grand dans le rôle du méchant. À la longue, c’est très lourd à porter et certains pourraient en abuser!

Ne pas s’en mêler

Il n’est pas toujours nécessaire de se mêler d’une chicane. En effet, on a souvent tendance à trop vouloir faire les choses à la place de nos enfants. Reste que résoudre des mésententes est une bonne chose à leur apprendre. Si leur sécurité ou leur intégrité n’est pas en jeu, on peut leur dire simplement de trouver un terrain d’entente entre eux, dans le calme. Ainsi, on leur laisse la chance de trouver une façon de s’entendre.

Respecter des règles

Chaque maison a des règles et il faut qu’elles s’appliquent à tous par exemple : on ne frappe pas, on n’insulte pas, on n’utilise pas tel gros mot, etc. Dès qu’un des enfants dépasse cette limite, on réagit. Ce n’est pas parce qu’il y a une chicane qu’on peut outrepasser nos limites.

Supprimer le motif de la dispute

Parfois, c’est simple. Ils se disputent toujours pour avoir le napperon vert? On achète des napperons que d’une seule couleur. On va à la base. Autrement, si un jeu est l’objet de la mésentente, on peut décider que si les enfants n’arrivent pas à s’entendre quand ils y jouent, on enlève le jouet aux DEUX.

Leur donner exemple

Des adultes qui se «chicanent» sainement sont de bons exemples pour leurs enfants. Ainsi, les petits comprennent qu’on ne peut pas être toujours d’accord et que surtout on peut en discuter pour trouver un compromis ou une solution. Alors il n’est pas nécessaire de se cacher des enfants pour régler une petite chicane de couple, parce que tant qu’on le fait bien, cela ne peut être que formateur pour eux!

Encore?

On lit le livre C'est pas moi, c'est lui de la psychologue Nadia Gagnier paru aux éditions La Presse en 2008 (ISBN : 9782923194707)

Avez-vous d'autres trucs pour mieux gérer les chicanes des enfants?

Nadine Descheneaux, rédactrice

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires