Les chiens de nos amis, sécuritaires?

Ils sont beaux, affectueux. Mais, en un instant, ils peuvent se transformer en prédateurs et blesser, voire tuer un enfant. Tous se souviennent de ces reportages sur des enfants défigurés ou tués par un « gentil toutou ». Mais comment protéger vos enfants, à votre résidence ou chez des amis?

Quoiqu'en pensent les amoureux des chiens, toutes les races peuvent être dangereuses, notamment pour un bébé. Mais certaines sont plus agressives que d'autres. On note, par exemple, les pitbulls, les Staffordshire terriers, les mastiffs, les tosa et les rottweilers.

En 2010, un sondage a révélé que près de 450 personnes sont mordues chaque jour au Québec. De ce nombre, la majorité a été victime de l'attaque du chien de leur propre famille ou d'un proche. En France, cette proportion atteint 85 %.

Les types de blessures

Les morsures de chien varient grandement d'une victime et d'une situation à l'autre.

  • Elles passent de la simple égratignure jusqu'à la mort, en passant par l'amputation d'un doigt ou d'un membre.
  • Un chien s'attaque souvent au visage, aux mains et à l'appareil génital masculin.
  • Le délabrement de la peau et la profondeur de la plaie doivent être considérés pour chaque morsure. Les risques d'infection sont omniprésents et se traduisent par des complications une fois sur cinq.

Bien protéger votre enfant

Quelle que soit la situation ou le lieu, en tant que parents, vous êtes les premiers responsables de la sécurité de votre enfant. Vous devez :

  • surveiller constamment le chien, même s'il est très doux;
  • éviter que l'animal lèche votre enfant;
  • lui interdire d'embrasser le chien;
  • lui apprendre à respecter le compagnon à quatre pattes;
  • donner à l'animal un espace où il peut se réfugier, s'il en ressent le besoin;
  • interdire à votre enfant de déranger l'animal lorsqu'il mange, qu'il boit, qu'il dort, qu'il s'isole ou qu'il joue;
  • lui apprendre à ne jamais tirer le poil du toutou;
  • lui apprendre à s'éloigner, sans courir, si le chien semble agressif;
  • faire castrer l'animal (si c'est le vôtre);
  • connaître les antécédents de l'animal;
  • interdire à votre enfant de s'approcher d'un chien étranger;
  • l'avertir de ne jamais intervenir si deux chiens se chicanent.

Et chez les amis

Certes, la situation se corse si vous vous rendez chez des amis propriétaires d'un chien. Danny Bélanger du Centre canin de Montréal y va de recommandations précises. « Si le chien semble agressif, il serait préférable de le garder à l'extérieur (si la température le permet), dans une pièce fermée ou de l'envoyer à la garderie. »

En tant que visiteurs, vous pouvez donc, si vous ne vous sentez pas en sécurité, demander à vos hôtes d'éviter tout contact avec leur animal. Et ces derniers devraient acquiescer à votre requête en isolant le chien dans une autre pièce, par exemple. D'ailleurs, le spécialiste recommande de « ne jamais prendre de chance » lorsqu'un chien et un enfant se retrouvent face à face, pour la première fois.

Sensibilisation

Mais cette responsabilité va plus loin. « Les propriétaires de chien devraient profiter de la période de socialisation (0 à 4 mois) pour présenter des enfants, des personnes âgées, des étrangers à leur animal. Il sera plus sociable à l'âge adulte », précise le spécialiste.

Désensibilisation

Une autre méthode consiste à désensibiliser graduellement le chien à la présence d'étrangers, dont des enfants. « Les propriétaires devraient donner une récompense à leur chien lorsqu'un étranger, un enfant, s'amène à la maison. Il associera rapidement visiteurs et gâterie. Il deviendra alors plus sociable », ajoute-t-il.

La situation devrait se normaliser après quelques visites.

Évaluation comportementale

M. Bélanger recommande une évaluation comportementale du chien, surtout s'il a été adopté après l'âge de quatre mois. Le spécialiste déterminera alors le niveau de risque. Ce dernier se répartit en quatre paliers :

  • Niveau 1 : Le chien ne présente pas de risque particulier de dangerosité en dehors de ceux inhérents à l'espèce canine.
  • Niveau 2 : Le chien présente un risque de dangerosité faible pour certaines personnes ou dans certaines situations.
  • Niveau 3 : Le chien présente un risque de dangerosité critique pour certaines personnes ou dans certaines situations.
  • Niveau 4 : Le chien présente un risque de dangerosité élevé pour certaines personnes ou dans certaines situations. Il est recommandé de placer l'animal dans un centre spécialisé ou de l'euthanasier.


En outre, un propriétaire de chien devrait se débarrasser de l'animal, ou le tenir éloigné en tout temps des visiteurs, s'il :

  • a tué un humain ou un animal domestique;
  • a mordu ou blessé un animal domestique ou un être humain (sauf s'il a été attaqué);
  • manifeste des attitudes menaçantes ou agressives;
  • est dressé pour l'attaque.

Des signes qui parlent

Danny Bélanger y va de recommandations précises pour les propriétaires de chien. « Observez bien les signes d'apaisement de l'animal.

Le malaise

S'il se sent mal à l'aise, il utilisera diverses attitudes pour vous le faire savoir. »

Ces signes sont très faciles à identifier.

  • Le chien bâille et/ou s'étire;
  • L'animal détourne la tête, les yeux ou le corps;
  • Il s'immobilise complètement;
  • Il approche lentement, fait de lents mouvements ou s'approche de biais;
  • Il se lèche le museau et/ou les babines, parfois imperceptiblement, se gratte ou se secoue;
  • Il s'assoit ou lève une patte;
  • Il renifle le sol.

Le chien impatient

Généralement, le chien démontre son impatience lorsqu'il se sent agressé. Les signes extérieurs sont les suivants :

  • oreilles en arrière;
  • queue entre les pattes;
  • poils retroussés;
  • crocs sortis;
  • grognements.

La responsabilité des propriétaires

Les propriétaires de chien sont responsables de leur animal. Ils doivent :

  • le dresser;
  • lui donner l'affection nécessaire;
  • répondre à ses besoins;
  • éviter de le garder enchaîné (ou enfermé) au cours de longues périodes;
  • le surveiller;
  • prendre les dispositions nécessaires si l'animal se montre agressif.

Certes, la présence d'un chien est souvent bénéfique pour l'enfant. Il en fera un compagnon fidèle, un confident. Mais la surveillance continue est obligatoire, quelle que soit la situation. Après tout, il s'agit d'un animal.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires