Le terrible deux ans...

Auteur
Geneviève Harbec

Danielle est la grand-mère de 4 enfants. Elle aimerait bien aider sa fille avec son fils de 2 ans qui exige beaucoup d'attention.

Bonjour Danielle,

La première chose à considérer dans votre question est la sécurité, tout simplement. Comme vous mentionnez que le petit de 2 ans arrive à ouvrir les portes et à sortir de la maison seul, je vous dirais que la priorité serait de sécuriser l'environnement. Peu importe le type de verrou choisi, il faut absolument éviter qu'il puisse sortir quand bon lui semble, personne ne veut se retrouver à chercher un petit de 2 ans seul à l'extérieur. Vous mentionnez aussi beaucoup de rénovation dans la maison, si certaines situations sont dangereuses pour les petits, comme la présence d'outils ou de matériel de construction, il vaut mieux limiter l'accès des enfants à ces zones.

Un grand défi!

Plusieurs parents considèrent ces années de la petite enfance (vers 2 -3 ans) comme un grand défi.  À cet âge, les enfants sont plutôt impulsifs, ils réagissent selon leurs désirs et leurs envies et ils recherchent aussi beaucoup d'autonomie sans avoir encore développé la « maturité » qui doit venir avec. Leurs plus grandes tâches sont, entre autres, d'apprendre à tolérer la frustration, intégrer les règles mises en place par les parents, donc à se dire non à eux-mêmes, et aussi à partager l'attention du parent avec d'autres.

Petites perturbations

Ces défis varient selon le tempérament de l'enfant et aussi le contexte.  À 2 ans, votre petit a déjà vécu la naissance d'un nouveau bébé, plusieurs rénovations dans la maison (qui, disons-le, peuvent être source de bruit et de chaos pour toute la famille) et un papa qui semble beaucoup travailler, tout cela peut contribuer aux difficultés rencontrées. Si la maison devient trop bruyante et encombrée pour un certain moment, il vaut peut-être mieux choisir de sortir jouer dehors ou aller ailleurs pour éviter cette surstimulation.

Règles constantes

Pour que l'enfant puisse intégrer les règles et la discipline que les parents désirent instaurer, ces dernières doivent être appliquées avec constance et répétition. L'enfant apprendra alors à prédire les conséquences reliées à ses actions et par le fait même à ajuster son comportement. Comme vous me mentionnez que votre fille a 2 enfants un peu plus vieux et que pour utiliser vos termes vous les considérez « bien élevés », la mise en place de ces règles est certainement quelque chose que votre fille connaît déjà, le contexte est probablement plus exigeant présentement que par le passé.

Encouragement

L'attention positive du parent demeure aussi une force de motivation puissante pour les petits. Bien souvent, ils prennent beaucoup de fierté à participer à toutes sortes d'activités dans la maison. On peut donc les impliquer en leur trouvant des tâches qu'ils sont capables d'accomplir, que ce soit en cuisine, pour les tâches ménagères, les soins du bébé ou dans certaines étapes de la rénovation que vous jugerez sécuritaires. Bien sûr, tout cela peut demander un peu plus de temps et la durée d'implication du petit peut être plutôt courte, mais au moins nous l'avons à l'oeil durant ces moments et nous pouvons en profiter pour le féliciter et le valoriser dans tout ce qu'il accomplit pour nous aider. Quand papa arrive à la maison, voici encore l'occasion de lui  raconter toutes les belles choses réussies durant la journée.

Pour plus d'information :

Bourcier, S., (2008), L'agressivité chez l'enfant de 0 à 5 ans, Éditions du CHU Sainte-Justine, Montréal.

Vous aimerez aussi

Commentaires