La rentrée en première année du primaire

L'année dernière, votre enfant entrait à la maternelle. C'était un gros pas à franchir pour lui : nouveau milieu, nouvelles habitudes, nouveaux amis, nouveaux apprentissages. Peut-être auriez-vous aimé vous reposer un peu, prendre le temps de devenir tout à fait confortable dans cet environnement?

Eh non, dès l'année suivante, de nouveaux gros changements s'annoncent, avec l'entrée en première année! Mais qu'est-ce qui changera au juste? Et comment peut-on se préparer le mieux possible pour ce nouvel univers?

De gros changements

C'est en première année que les marmots commencent leur vraie éducation scolaire. Jusque-là, les enfants passent le plus clair de leur temps à s'amuser et ils n'ont pas vraiment de comptes à rendre relativement à leurs apprentissages. Désormais, ils devront maîtriser de nouveaux acquis et mémoriser de nombreuses informations. Tous ces nouveaux efforts risquent d'occasionner une plus grande fatigue et, peut-être, quelques grincements de dents. Il faut donc prévoir une période d'adaptation!

Les matières

Bien sûr, votre enfant a appris des choses pendant son séjour à la maternelle. Toutefois, l'apprentissage y prenait généralement la forme de jeux. Leur but principal était surtout de développer sa motricité, ses capacités d'interagir avec les autres, etc.

Ces acquis lui seront d'ailleurs cruciaux pour réussir le passage en première année. Désormais, toutefois, les matières enseignées auront un caractère moins ludique. C'est là que l'enfant apprendra à lire et à écrire et qu'il se familiarisera avec les mathématiques, entre autres choses. Ces nouvelles matières demandent une grande concentration et une bonne dose de persévérance!

Les responsabilités

Même s'il n'a probablement que six ans, on demande déjà à votre enfant d'être plus autonome qu'avant. Alors qu'à la maternelle, il était complètement pris en charge, il doit dorénavant s'occuper lui-même de son sac d'école et de sa boîte à lunch.

Dans la cour de récréation, la surveillance n'est généralement pas aussi intensive qu'avant. À la cafétéria, il est également plus libre. Les enfants (et leurs parents) doivent aussi prendre l'habitude des devoirs et des leçons le soir, ce qui n'est pas une mince affaire! Bref, déjà, votre enfant fait ses premiers pas sur le chemin de l'autonomie.

Les horaires et l'immobilité

En première année, les enfants adoptent un véritable horaire de grands. Dans plusieurs écoles, les classes de maternelle durent moins longtemps que celles du primaire. Les enfants doivent donc désormais s'habituer à passer de longues journées en cours. 

Contrairement à la maternelle, ils ne font plus la sieste. Les enfants doivent aussi s'adapter au fait de passer une grande partie de leurs journées assis derrière un pupitre, alors qu'ils étaient habitués à bouger beaucoup plus.

Les évaluations

En première année, on commence à noter les performances des enfants. Les attentes ne sont plus les mêmes et cela peut générer du stress. C'est d'autant plus vrai pour les enfants qui se révèlent un peu moins doués à l'école, ou qui supportent mal la pression.

Pour éviter le stress

Tous ces changements méritent d'être pressentis à l'avance! Mieux vous et votre enfant serez préparés pour affronter le moment crucial, plus il y a de chances pour que tout se passe pour le mieux.

Préparez la rentrée avec l'enfant

Avant le grand jour, il y a plusieurs petites choses auxquelles il faut penser. Impliquez l'enfant dans les différents préparatifs, notamment l'achat du matériel scolaire de base. L'enfant sera ravi de vous accompagner pour dénicher ces objets de « grand ».

Dans les jours qui précèdent la rentrée, assurez-vous que votre enfant profite de tout le sommeil dont il a besoin. Les premières semaines seront probablement un peu éprouvantes, et il est préférable que l'enfant soit au meilleur de sa forme pour les affronter. Pour le préparer à la réalité de la salle de classe, encouragez-le à pratiquer des activités plus calmes, qui exigent de la concentration, comme le dessin. La transition se fera ainsi plus doucement.

Expliquez les changements à votre enfant

Renseignez-vous

Il n'est pas impossible que votre enfant soit légèrement angoissé à l'idée des nombreux changements qui l'attendent. Prenez le temps de vous renseigner sur les matières qui sont enseignées en première année et sur la façon dont les journées se déroulent dans son école. Informez-le sur ces nouveaux défis, en prenant bien soin de présenter l'école sous le jour le plus positif possible.

L'apprentissage par le jeu

Familiarisez-le lentement avec la lecture, l'écriture et le calcul en lui montrant les utilités de ces apprentissages, par le biais de jeux ou en lui montrant concrètement en quoi ces connaissances vous permettent d'accomplir certaines tâches de la vie quotidienne. Il sera sûrement excité à l'idée de les maîtriser bientôt!

Les devoirs 

N'oubliez pas de lui parler des devoirs et des évaluations, qui constituent un autre gros changement pour lui. N'en faites pas tout un plat et évitez de lui mettre une pression inutile. Au contraire, assurez-le que vous serez toujours là pour lui et que l'important, c'est qu'il fasse de son mieux. Expliquez-lui bien le but des devoirs et des examens. Il faut qu'il comprenne qu'il s'agit d'outils d'apprentissage, et non pas d'un processus punitif ou compétitif!

Assurez-vous qu'il est prêt

En maternelle, l'enfant a aiguisé certaines habiletés et acquis certaines connaissances de base, qui feront en sorte que l'arrivée en première année se passera bien. Si vous n'êtes pas certaine que votre jeune est tout à fait prêt, renseignez-vous auprès d'un professeur afin de savoir ce qu'il devrait normalement maîtriser à ce stade. Il est possible que vous soyez rassurée!

Voyez un spécialiste 

Si, toutefois, vous vous apercevez que votre petit ange présente un léger retard, il est préférable de prendre la situation en main le plus tôt possible. Parfois, la cause du retard est d'ordre médical ou psychiatrique (dyslexie, hyperactivité, daltonisme, etc.). Un rendez-vous avec un praticien vous permettra peut-être de mieux comprendre le problème et d'agir en conséquence.

Informez l'école

Peu importe quelle est la cause du problème, il est nécessaire que le personnel enseignant en soit avisé, afin d'être en mesure d'accorder à votre jeune toute l'attention dont il a besoin. Il est aussi possible de faire appel à un orthopédagogue (à l'école ou à l'extérieur), qui sera capable d'aider votre enfant à travailler sur ses faiblesses.

Des exemples rassurants

Finalement, si vous sentez que votre enfant est un peu effrayé par ce nouvel univers qui l'attend, rappelez-lui que tout le monde doit passer par là. Racontez-lui votre propre rentrée si les souvenirs que vous en avez sont positifs. Si vous avez des enfants plus âgés, chargez-les de réconforter leur petit frère ou leur petite soeur en lui montrant tout ce que l'école primaire leur a apporté de bien. Un bon moyen pour que ses petites appréhensions se transforment en véritable hâte!

Jeanne Dompierre, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi