L'arrivée à l'école secondaire

Si vous êtes inquiets à l'idée de voir votre rejeton se muer en adolescent dissipé, ce dernier peut angoisser à l'idée de devenir tout à coup le plus petit de sa nouvelle école, alors qu'il s'était habitué à faire partie des grands! Avant de plonger dans cette nouvelle aventure, mieux vaut être bien préparé.

Une toute nouvelle organisation

Préparation

Au secondaire, l'organisation de l'enseignement et de la vie scolaire en général est très différente de celle de la petite école. Même si, au cours de sa sixième année, il y a de fortes chances que votre jeune ait été préparé aux différents changements qui s'annonçaient, il est préférable de s'assurer qu'il est conscient de ce qui l'attend. Nouveaux profs, nouveaux horaires, nouvelles matières, nouveau mode de transport, nouveaux lieux, nouveaux amis... inutile de dire que vous n'en ferez jamais trop pour aider votre enfant à se préparer mentalement!

Organisation et stress

Au secondaire, on vise à ce que l'enfant devienne de plus en plus autonome, afin de le préparer pour le moment où il devra voler de ses propres ailes dans la vie. Ainsi, les jeunes changent de professeur, et généralement de classe, pour chaque matière.

Ils doivent être plus organisés qu'au primaire, s'assurer d'avoir les bons livres et les bons cahiers pour chaque cours, veiller à ne pas arriver en retard à leur local, se remémorer l'emplacement et la combinaison de leur casier personnel, etc. Jumelé au fait de se retrouver dans un environnement qui n'est pas familier et rempli de visages inconnus, tout cela peut être très stressant pour un enfant qui est habitué à être plus ou moins pris en charge!

Responsabilisation

Dans les semaines qui précèdent le début des classes, essayez de confier plus de responsabilités à votre rejeton, afin qu'il apprenne à mieux organiser son temps sans votre aide ni celle de personne d'autre.

Confiez-lui des petites tâches dans la maison sur une base hebdomadaire, par exemple. C'est plus efficace que de simplement lui ordonner d'accomplir sa tâche à l'instant, car il devra ainsi apprendre à gérer son temps par lui-même.

Dépenses personnelles

Vous pouvez également, si ce n'est déjà fait, commencer à lui donner une allocation qui servira à couvrir ses menues dépenses personnelles. Le montant n'a pas à être très élevé. Soyez très clair avec lui quant aux coûts qu'il devra assumer lui-même et à ceux que vous continuerez de couvrir directement. C'est le premier pas vers le moment où il devra lui-même gérer son budget.

Gestion du temps

Dès son arrivée à la grande école, l'enfant bénéficie d'une plus grande liberté qu'au primaire. Il doit donc apprendre à gérer son temps et à faire des choix. Dans une majorité d'établissements, rien n'empêche les jeunes de sortir de la cour d'école le midi, pour aller dîner à l'extérieur, par exemple.

Pas toujours facile de se montrer prévoyant et de revenir à temps pour le cours de l'après-midi! Surtout quand la tentation de flâner à l'extérieur est parfois bien forte... C'est le genre de scénarios que vous devriez aborder d'emblée avec votre enfant, afin  de lui donner des trucs pour prendre les bonnes décisions dans ce genre de situation.

Une nouvelle vie sociale

Pour plusieurs jeunes, les changements relatifs à la vie sociale sont encore plus inquiétants que ceux qui concernent la vie académique. En effet, l'univers auquel votre enfant s'était habitué à l'école élémentaire s'écroule d'un seul coup, laissant place à un monde inconnu et vaguement menaçant. Il est probable que la plupart de ses amis ne l'aient pas suivi à sa nouvelle école et, même si c'est le cas, ses fréquentations risquent de changer malgré tout.

De nouvelles rencontres

Pour certains jeunes, l'adaptation est plus difficile que pour d'autres. C'est notamment le cas des jeunes qui avaient de la difficulté à se faire des amis à la petite école. Parfois, ils sont prêts à tout pour ne pas revivre les humiliations et l'isolement qui les a tant fait souffrir dans le passé. Certains vont même jusqu'à changer de personnalité et de style, ou à poser des gestes qui vont à l'encontre de leurs valeurs parce qu'ils croient que cela leur permettra de se joindre à tel ou tel groupe d'amis.

Pour les jeunes qui étaient extrêmement populaires à l'école primaire, la transition peut être tout aussi difficile. Quand on est habitué à être le roi de la cour de récréation et que, du jour au lendemain, on devient un « petit nouveau » comme les autres, ça peut être dur sur l'estime de soi!

Mais même pour les jeunes qui n'étaient ni très populaires, ni esseulés, l'arrivée au secondaire demande une adaptation importante sur le plan social. Prenez bien soin de parler à votre enfant et de l'inviter à vous faire part de ses inquiétudes, de ses peurs. Rappelez-lui que tous les autres enfants qui seront dans ses cours connaissent la même situation que lui et sont probablement tous un peu intimidés par leur nouveau milieu.

De nouvelles tentations

Pression des pairs

Au secondaire, la pression des pairs peut rapidement devenir envahissante. Les tentations se multiplient (drogue, sexe, école buissonnière, délinquance) et certains enfants ont peur de ne pas arriver à se faire des amis s'ils n'y cèdent pas. D'ailleurs, même si l'intimidation existe au primaire, elle peut prendre un visage encore plus cruel au secondaire. Pour appartenir au « bon groupe » ou pour éviter d'être utilisés comme boucs émissaires, certains jeunes en viendront à poser des gestes qui vont à l'encontre de leurs valeurs et des vôtres.

Restez à l'écoute

Si vous craignez que votre enfant se laisse entraîner dans des activités inadéquates, essayez de maintenir une bonne communication avec lui. On en convient, c'est parfois plus facile à dire qu'à faire avec des préados! Sans vous montrer excessivement sévère et moralisateur, montrez à votre enfant que vous êtes là pour lui, et rappelez-lui quelles sont les valeurs que vous lui avez inculquées.

Si vous apprenez qu'il a dépassé les bornes, montrez-vous ferme, mais expliquez-lui toujours les raisons pour lesquelles il est puni. S'il sent que vous le traitez comme un égal, il y a de fortes chances qu'il veuille se montrer digne de votre confiance.

De nouvelles expériences

Sans aller jusqu'à sombrer dans les affres de la délinquance, la plupart des jeunes feront de nouvelles expériences dans les premières années de leur cours secondaire.

Un petit conseil : ne montez pas sur vos grands chevaux pour rien! Adopter un nouveau style vestimentaire, écouter de la musique bizarre ou se montrer un peu arrogant à l'occasion ne sont, au final, que des comportements normaux à l'adolescence.

Vous devez accepter que votre jeune est en train de changer et qu'il se cherche un peu. Là où il convient de réagir avec plus de rigueur, c'est quand ses comportements ou ses attitudes vous semblent véritablement dérangeants ou inquiétants. Bref, restez attentive, mais ne sortez pas de vos gonds à la moindre incartade. Comme on dit, il faut bien que jeunesse se passe!

Chaque cas est unique

L'arrivée au secondaire se vit différemment, selon la personnalité de l'enfant, ses expériences passées et l'école où il va. Quelle que soit la situation particulière de votre jeune, il est important de bien le préparer à ce changement et de vous montrer à l'écoute de ses craintes potentielles.

Le passage au secondaire  est un moment déterminant dans la vie d'un enfant. La façon dont ça se déroulera peut avoir une influence sur la façon dont passeront les prochaines années, sur les choix qu'il fera, et donc sur l'adulte qu'il deviendra plus tard. C'est pourquoi votre soutien est si important!

Jeanne Dompierre, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi