Le 20 novembre 2013 par Léa Stréliski

Salut les parents,

Le dimanche matin, mon fils Clarence va à la piscine. C’est mon mari qui l’a inscrit. Sans m’en parler. Avec ma belle-sœur et ma nièce qui a le même âge que mon fils. 2 ans. Ils sont trop mignons tous les deux en maillot avec un casque de bain sur la tête. Mais tout de même. Quand vient mon tour de l’amener à son cours (Papa et moi, on alterne) je peux vous dire que je chiale. Pas longtemps, mais au départ, je fais la gueule.

Ce dimanche, dans mon lit, au chaud, je ronchonnais en me disant « imagine combien il aurait fallu qu’on me paye avant, quand j’avais pas d’enfants, pour aller à la piscine publique à 8 h 30 un dimanche matin. » Imagine. Ça aurait été impensable.

Et pourtant.

Tu te lèves. C’est le bordel. Y a du linge partout. Faut que tu trouves ton maillot. Comme maillot, t’as le choix, t’as celui que tu portais avant d’avoir des enfants, un bikini rose trop petit (moi, être Barbie Malibu à la piscine publique, c’est mon rêve) ou alors celui que tu as acheté entre tes grossesses et qui est trop grand (moi, perdre le bas de mon maillot à la piscine publique, c’est mon rêve.)

Tu trouves tes trucs, tu prépares le sac, t’emballes ton petit dans son habit d’hiver, et zou, on part à la piscine!

T’arrives là-bas, il fait chaud. Tu marches dans le vestiaire mouillé avec tes bottes d’hiver. À côté des gens qui sont pieds nus. Tu poses tes trucs dans un vestiaire, tu dois déshabiller ton petit et le mettre en maillot sans qu’il glisse, ou qu’il décide de partir à la course vers les douches.

Tu le mets en maillot, t’oublies pas la couche imperméable, ça te tente semi d’être « l’incident fécal de la matinée». Puis, vient le temps de lui mettre le bonnet de bain! Ça lui décolle les oreilles et lui ratatine le front vers les yeux, il est défiguré, mais adorable pareil.

Tu dois ensuite enfiler ton maillot, ce qui est toujours agréable au mois de novembre. Bien sûr, tu es mal épilée, c’est-à-dire que tu l’as fait une jambe sur le lavabo sans même la mouiller ou mettre du savon, juste pour dire. Résultat, t’as les jambes bariolées,  verticalement rayées de poil.

Vient le temps de mettre ton casque de bain, ça te fait une tête de Bibi l’extra-terrestre, un cône qui part vers l’arrière, avec ton maillot de bain mou qui baille, tu te sens top-shape. Tu pognes ton petit sous le bras, tu passes du bout de l’orteil sous la douche obligatoire, (brrr) et hop! On y va!

Là, tu rencontres l’armée de parents qui est passée à travers les mêmes choses que toi ce matin. T’as envie de leur serrer la main. Qu’on nous aligne et qu’on nous remette une médaille. « Parents, vous êtes un exemple pour notre société, vous êtes en train de faire une activité physique avec vos enfants à 8 h 30 du matin ».

Au lieu de ça, on attrape des spaghettis géants déjà mouillés et un peu poisseux et on essaye de les nouer autour de nos bébés. Ça se passe pas bien. Mais ça se passe.

On rentre dans l’eau. Les petits sont contents.

Là, vient irrémédiablement le moment où tu rencontres quelqu’un que tu connais. De la job, ou de ton quartier. Socialiser en casque de bain, ça aussi ça a toujours été mon rêve.

Tu fais toutes les activités que la prof, une ado de 20 ans (oui, à 20 ans on est encore une ado, on le sait pas, mais on l’est pareil) magnifique qui plus tard va aller se recoucher avant d’aller bruncher à 14 h, te dicte quoi faire.

On attrape des canards qui flottent, on kick, kick, kick dans l’eau, on glisse, on s’amuse!

Ça dure juste une demi-heure, c’est bien en masse. Le petit est ravi. Tu le sors de la piscine, il a les lèvres bleues, mais il trippe. Tu le passes sous la douche, tu le laves de fond en comble parce que tu viens de t’économiser un bain du soir. Check! Tu le rhabilles, il se sèche les cheveux debout sous le séchoir à main en grignotant sa pomme. Adorable.

Tu te rhabilles sous la serviette en essayant de garder un minimum d’intimité. Tu sors, tu le rattaches dans l’auto et on repart!

Hop! Un autre cours de piscine de fait. Bientôt, il saura nager et un jour, tu pourras lui dire : quand t’étais petit, toi et moi, on allait à la piscine.

À bientôt les parents!

Léa

Le cours de piscine du dimanche matin

 

 

Les blogues Famille

Derniers billets

St-Patrick et les trois patates

Le 14 mars 2017 par Mme Carrée

Bonne fête des Mères!

Le 06 mai 2015 par Marie-Michelle Garon

Mon dernier billet...

Le 04 mai 2015 par Saskia Thuot

Le mot de la fin

Le 28 avril 2015 par Josée Bournival

Chez Schwartz

Le 23 avril 2015 par Marie-Michelle Garon

Archives

Vous aimerez aussi