La méthode Kangourou pour bébé

Mise en place en 1978 dans un hôpital de Bogota en Colombie, la méthode Kangourou (MK) est aussi parfois appelée la méthode de la mère Kangourou (MMK). La personne responsable de l'unité des enfants prématurés avait remarqué que beaucoup de bébés mouraient des suites d'une infection ou parce qu'il n'y avait pas assez d'incubateurs (couveuses) pour les bébés. Elle a donc « inventé » une nouvelle technique expérimentale, qui s'est révélée très efficace... C'est une façon novatrice de s'occuper des bébés prématurés ou qui un petit poids de naissance (mois de 2 kg).

Qu'est-ce que c'est exactement?

La méthode Kangourou est une manière spécifique d'apporter des soins aux enfants prématurés ou qui naissent avec un très petit poids. Elle consiste à s'assurer que le nouveau-né est en contact peau à peau avec sa mère, 24h/24h, jusqu'à ce que sa santé ou son poids atteigne ceux d'un bébé né à terme.

Bien qu'elle soit habituellement fournie aux nourrissons prématurés stables qui n'ont pas besoin d'une ventilation assistée, la MK est de plus en plus offerte aux nourrissons qui ont besoin d'un soutien ventilatoire et à ceux qui ont 26 semaines d'âge gestationnel ou moins à la naissance, y compris les nouveau-nés.

Comment fait-on?

La jeune maman doit porter son enfant à la verticale toute la journée et toute la nuit, en s'assurant que la tête est entre ses seins et que la peau du bébé reste en contact permanent avec la sienne. Il existe des « poches » spéciales en tissu qui permettent de maintenir le bébé de manière stable, mais une bande de tissu ou un foulard attaché de manière adéquate font aussi l'affaire.

Le bébé ne porte qu'une couche et un bonnet, et la mère s'habille par-dessus son bébé, en faisant toutefois attention que celui-ci puisse respirer adéquatement. L'allaitement exclusif et à la demande est également recommandé.

La MK est d'abord mise en place à l'hôpital, dans un cadre médical. Une fois que l'état de santé du bébé est stabilisé et que la méthode de portage est bien assimilée par la maman, on peut renvoyer la mère et son enfant à la maison, mais la méthode continue d'être appliquée jusqu'à ce que le bébé atteigne au moins 37 semaines de gestation. Par exemple, si le bébé nait à 33 semaines de grossesse, la maman kangourou devra porter son bébé contre son coeur pendant 4 à 5 semaines après la naissance, ou lorsqu'il atteint un poids minimal de 2,3 kg.

Bien sûr, on peut « détacher » le bébé lors des soins obligatoires (changement de couche, bain, examens médicaux), mais ces périodes doivent être le plus courtes possible.

Les avantages

En plus de créer, des les premières heures de vie, un lien fort entre le nourrisson et sa maman, la Méthode Kangourou aurait aussi pour effet d'encourager la stabilité cardiorespiratoire et la thermostabilité, l'organisation du sommeil et la durée du sommeil paisible, l'allaitement et la modulation des réponses à la douleur.

Habituées à prendre leur bébé contre elles, les mères qui pratiquent la MK présenteraient des comportements d'attachement plus marqués et une meilleure perception de leur rôle de mère. Dans une analyse systématique sur les nourrissons d'un poids de naissance inférieur à 2 kg (4lbs 7oz) provenant de pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, on a constaté une réduction importante de la mortalité néonatale lorsque la MK était amorcée pendant la première semaine de vie.

D'après 16 études pratiquées sur 2 518 nourrissons, dont 11 ont été menées dans des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, l'analyse a conclu que la MK réduisait également l'incidence des maladies graves, des infections et de la durée d'hospitalisation.

Simple et efficace, cette méthode peut également être pratiquée par le père, donnant ainsi un répit à la mère qui vient d'accoucher et encourageant le rapprochement entre le nouveau-né et son papa.  Il est, en outre, reconnu que de s'occuper d'un  nourrisson fragile en lui donnant de l'affection favorise la santé familiale pendant une période de stress.

Si l'on compare l'amélioration de l'état de santé entre un bébé placé en incubateur et un bébé kangourou, on remarque que, dans le cas d'un bébé kangourou :

  • Le rythme cardiaque du bébé se stabilise.
  • Le rythme respiratoire est plus régulier.
  • Le bébé dort mieux.
  • Sa prise de poids est plus rapide.
  • Il s'agite moins.
  • Il pleure moins.
  • Son développement cérébral est plus rapide.
  • Sa température corporelle reste stable (pas de choc thermique).
  • Son état général s'améliore plus rapidement.
  • La maman devient plus sensible et perçoit mieux son rôle de protectrice.

Les inconvénients

L'unique inconvénient lié à la MK est évidemment l'immense contrainte pour la maman. Celle-ci doit, pendant plusieurs semaines, porter constamment son bébé (ou presque). Toutefois, même s'il ne peut évidemment pas l'allaiter, on encourage dorénavant le papa à participer et à porter lui aussi son bébé peau contre peau. En plus d'accorder quelques périodes de répit à la maman, cela permet de créer aussi des liens d'attachement entre le nourrisson et son père.

L'impact pour le bébé

Lorsqu'on applique la MK avec un nourrisson prématuré, celui-ci entend le bruit de la respiration de sa mère et ses battements de coeur. Il perçoit aussi son odeur corporelle, il reçoit sa chaleur et il est constamment caressé lors du contact peau à peau. Il est bercé lorsque la mère marche et vaque à ses activités habituelles. Tous ces stimuli sensoriels reproduisent les conditions in utero et permettent au bébé de moins ressentir la douleur et de se développer plus rapidement qu'il ne le ferait dans un incubateur.

De plus, des spécialistes ont procédé à des tests visant à mesurer le développement neurologique des enfants prématurés : compétences sur les plans moteurs, auditifs et langagiers, capacité à raisonner et entrer en relation avec les autres. Les résultats observés prouvent qu'à l'âge rectifié d'un an et plus, ceux qui avaient bénéficié de la MK avaient plusieurs points d'avance sur les bébés placés en couveuse. Les chercheurs estiment aussi que ces bienfaits se maintiennent jusqu'à l'adolescence et même après.

Une méthode qui a fait ses preuves... dans tous les milieux

Dans un pays au revenu moyen élevé comme le Canada, l'accès à la technologie et aux ressources modernes assure aux nourrissons de petit poids de grandes chances de survie. Pourtant, plusieurs professionnels de la santé, au sein des unités néonatales un peu partout au pays, montrent désormais aux mères comment pratiquer le contact peau contre peau avec leur nourrisson, notamment dans les cas de naissance prématurée.

La MK est-elle sécuritaire pour le nourrisson prématuré?

Plusieurs études prouvent que, pratiquée avec le soutien de professionnels formés, la Méthode Kangourou ne présente aucun risque, même sur les nourrissons prématurés. Certaines unités néonatales habituées d'encadrer la pratique de la MK disposent de lignes directrices sur son utilisation, et évalueront si le nouveau-né est prêt à la MK avant de la proposer aux parents; on assurera une surveillance des signes de stabilité et de stress et on mettra en oeuvre les protocoles décrivant un transfert sécuritaire du nouveau-né entre l'incubateur et le parent.

Les obstacles à la mise en oeuvre de la MK varient d'une pouponnière à l'autre et peuvent inclure le peu de connaissances de la part du personnel, une formation inadéquate, un malaise à l'égard du processus, le manque de temps ou de ressources, l'absence d'intimité et la réticence des parents. Il est donc recommandé aux parents intéressés par cette pratique de questionner le personnel hospitalier concernant son niveau de maîtrise de la MK. La future maman peut même questionner l'obstétricien ou le médecin de famille qui suit sa grossesse à propos des approches qui lui seront proposées après son accouchement.

Pour en savoir plus

Livret explicatif distribué gratuitement par L'Organisation mondiale de la santé : la méthode mère kangourou.

Cécile Moreschi, Catherine Morency - rédactrices Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires