Faire vacciner son enfant ou non?

Au Canada, la vaccination n’est pas obligatoire, elle demeure à la discrétion des  parents. Elle est toutefois fortement recommandée afin de protéger votre enfant de certaines maladies graves.

Qu’est-ce qu’un vaccin?

En administrant un vaccin, on injecte une partie non pathogène du virus ou de la bactérie qui ne cause pas la maladie afin que le système immunitaire développe les anticorps capables de lutter contre la maladie. De cette façon, l’organisme est mieux préparé dans le cas où il serait exposé au virus ou à la bactérie; il ne contractera pas la maladie ou en sera moins affecté. Il est important de faire des rappels en suivant le calendrier vaccinal afin de s’assurer que les anticorps soient toujours assez forts pour vaincre le virus ou les bactéries visés.

Les effets secondaires des vaccins

En général, lorsque des effets secondaires se manifestent, ils sont très légers et inoffensifs. Parmi ces symptômes, les plus fréquents sont l’irritabilité, la somnolence, une légère fièvre, de l’enflure et des douleurs à l’endroit de l’injection.

Les risques de la vaccination

On observe que l’impact de la protection et le bénéfice apporté par le vaccin est beaucoup plus important que la possibilité d’effets secondaires. À titre d’exemple, il y a une chance sur un million d’avoir une encéphalite à la suite de la vaccination contre la rougeole, mais, dans le cas où l’on contracte la maladie, il y a une chance sur mille de faire cette encéphalite.

Pourquoi faire vacciner son bébé?

Les nouveaux nés, n’ayant pas un système immunitaire suffisamment fort, sont vulnérables à de nombreuses maladies que l’on peut éviter par la vaccination. En les vaccinant, on permet à leur système de créer des anticorps afin de lutter contre ces maladies graves et ainsi de les en protéger.

L’allaitement maternel, en raison des protéines, protège le bébé contre certaines infections, mais malheureusement pas contre les plus graves.

Bien que des maladies telles que la polio et la rougeole soient très rares, elles ne sont pas pour autant contrôlées et éradiquées. C’est pour ces raisons qu’il est essentiel de poursuivre la vaccination à grande échelle afin de prévenir une éventuelle apparition. La vaccination est à la fois un geste individuel et collectif. Lorsqu’une population est largement vaccinée, la maladie a peu de chance de se développer et de se propager.

Enfin, il a été prouvé que lorsque le nombre de personnes vaccinées diminue, les maladies récidivent. À titre d’exemple, en 2005 en Ontario, 214 cas de rubéole ont été rapportés dans une communauté qui s’opposait à la vaccination.

La vaccination à la carte

Puisque la vaccination n’est pas obligatoire, certains parents acceptent que l’on administre certains vaccins. Ils choisissent ainsi ceux qu’ils considèrent essentiels comme la polio et la rougeole et s’abstiennent pour celui de la grippe. Pour les pédiatres en faveur de la vaccination, cette alternative est un moindre mal, elle permet au moins de protéger en partie la santé de l’enfant.

Pourquoi certains parents refusent-ils de faire vacciner leur enfant?

La grande majorité d’entre eux sont méfiants envers l’industrie pharmaceutique et éprouvent des inquiétudes par rapport à la sécurité des composantes des vaccins. Ils sont d’avis que les vaccins sont néfastes pour la santé des enfants et même responsables du développement de maladies telles que la sclérose en plaques, l’asthme et l'épilepsie.

Le vaccin qui est le plus redouté est le RRO (rougeole, rubéole, oreillons). Certains pensent qu’il peut causer l’autisme et des maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn. De nombreuses recherches, menées aux quatre coins du monde, ont toutefois démenti ces allégations.

Pour en connaître plus sur les vaccins, consultez notre guide sur la vaccination.

Sabrina Hammoum, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires