Conseils pour bien préparer votre voyage avec bébé en avion

Auteur
Ann-Marie Gélinas

Si votre douce moitié vous annonçait spontanément que vous partez en voyage, la grande majorité d’entre nous répondraient : « Chouette! Où, ça? » À la seule perspective d’une escapade improvisée, notre imagination s’emballerait et un sentiment de pure exaltation nous envahirait. Mais il en va tout autrement pour les tout-petits. Pour eux, le voyage appartient au domaine de l’inconnu et peut donc représenter une grande source d’angoisse. Et c’est d’autant plus vrai pour ceux qui présentent des troubles du développement ou des limitations fonctionnelles. Voilà pourquoi il est important de bien préparer votre enfant au voyage. Heureusement, nous avons rassemblé pour vous un bel éventail de renseignements pratiques qui vous guideront dans cette étape importante de votre voyage qu’est la préparation.

La scénarisation du voyage ou jouer à « faire comme si »

Dans l’esprit naïf d’un enfant, lorsqu’on parle de prendre l’avion, le concept se résume ainsi : on arrive à l’aéroport, on monte à bord de l’avion, on décolle, puis on atterrit. Ah, délicieuse naïveté! Si seulement c’était aussi simple… Dans les faits, il y aura beaucoup de files à faire, beaucoup d’attente, de consignes à respecter, d’endroits où se présenter et de pas à faire pour se rendre d’un emplacement à l’autre.

Un conseil avant de vous présenter à l’aéroport avec bébé : expliquez à votre enfant l’ensemble du processus qui vous mènera du point A au point B afin qu’il n’y ait pas trop de mauvaises surprises. Lorsque le voyage commence sous le signe de l’exaspération, ça mine légèrement le moral des troupes.

Voici un graphique qui résume les 11 étapes que vous devrez traverser avant le décollage :

11 étapes avant le décollage

Source : Aéroports de Montréal

Et un autre qui explique la marche à suivre pour le retour à la maison :

Marche à suivre pour le retour à la maison

Source : Aéroports de Montréal

Vous pouvez présenter ces graphiques à votre enfant en lui expliquant chacune des étapes et même mimer toutes ces étapes avec lui, question de rendre l’exercice ludique. En sachant d’avance à quoi s’attendre, l’enfant se sentira plus confiant et moins déstabilisé par tous les éléments nouveaux qui l’entoureront, ce qui rendra l’expérience plus positive pour tous.

Journée Enfants en première d’Aéroports de Montréal

Les parents d’enfants présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ou des limitations fonctionnelles (déficiences intellectuelles) qui désirent voyager avec leur petit seront enchantés d’apprendre qu’Aéroports de Montréal organise chaque année une journée baptisée Enfants en première, laquelle leur est spécialement destinée. Dans le cadre de cette activité, les jeunes et leurs parents ou accompagnateurs ont l’occasion de vivre une simulation de voyage incluant toutes les étapes réelles du processus, de leur arrivée à l’aéroport à l’embarquement dans l’avion. On omet simplement le décollage.

Pour participer, consultez la page « Implication sociale » d’Aéroports de Montréal ou écrivez à l’adresse

Aire de jeux

La plupart des salles d’attente comportent une petite aire de jeux où vous pouvez permettre à bébé de s’asseoir par terre ou de se dégourdir un peu. Si vous avez choisi une destination internationale, vous aurez accès à une belle aire aménagée par Air Transat dotée de modules à l’intention des petits de moins de sept ans.

Voiturettes

Dans le secteur des départs, vous aurez accès à des voiturettes de courtoisie pour les jeunes enfants. Tout est toujours plus amusant lorsqu’on est à bord d’un véhicule!

Salle d’allaitement

D’accord, ce n’est pas vraiment un « passe-temps » dans le sens traditionnel du terme, mais si vous devez allaiter pendant votre attente, sachez que les salles d’allaitement de l’aéroport de Montréal sont situées tout près de la majorité des toilettes et sont équipées d’un lavabo, d’une chaise, d’une table à langer et, souvent, d’un four micro-ondes.

Jeux électroniques

C’est vrai, ils occupent une place importante dans nos vies et on souhaiterait parfois les mettre au rancart quelques heures, voire quelques jours. Mais dans un contexte où les possibilités de jeu sont limitées par l’espace et l’endroit, ils deviennent soudainement bien pratiques. Assurez-vous d’avoir le chargeur avec vous et profitez des prises électriques et du Wi-Fi gratuit de l’aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau. Et pour ne pas déranger les autres voyageurs dans la salle d’attente ou dans l’avion, munissez-vous d’écouteurs, préférablement d’un casque d’écoute. Certains modèles sont pourvus d’une fonction de limitation de volume qui protège les petites oreilles de vos marmots.

Jeux à pièce unique

Comme vous disposez de peu d’espace — et que vous vous trouvez dans un endroit public —, évitez les jeux qui comptent beaucoup de morceaux, comme les casse-tête ou les blocs de type Lego. Préférez les toutous ou les figurines (deux ou trois) ou encore des jeux de patience de type « taquin » : vous savez, ce jeu de logique solitaire en forme de damier sur lequel on doit déplacer des carrés à l’horizontale ou à la verticale pour former une suite ou une image? Vous vous assurerez ainsi de profiter plus longtemps de votre jeu.

Minuteur

Pour les tout-petits qui ne connaissent pas encore l’heure et qui ont tendance à poser à répétition la fameuse question qui nous donne de l’urticaire — « Quand est-ce qu’on arrive? », pour ne pas la nommer —, nous vous suggérons de vous procurer un minuteur visuel. De cette façon, vous pourrez donner une indication visuelle du temps qu’il reste avant la prochaine étape.

En résumé, tout est encore une fois une question de préparation. Si votre enfant sait à quoi s’attendre, s’il est bien encadré et s’il a des jeux et des activités adaptés au contexte pour le tenir occupé avant et pendant le voyage, vous mettez toutes les chances de votre côté. Toujours impressionnant de voir ce qu’un peu d’effort en amont peut permettre d’alléger en aval…

Vous aimerez aussi