La séduction compulsive - Vouloir plaire à tout prix

Auteur
Véronique Larivière, sexologue

Vouloir plaire, c'est tout à fait normal. Nous voulons que notre entourage nous aime, que notre patron nous apprécie, que notre partenaire nous trouve séduisante... Mais à tout prix? C'est à ce moment qu'il y a un problème. Il y a des gens qui passent leur vie à vivre dans le regard des autres et on les appelle les séducteurs compulsifs. Qui sont-ils? Lisez ce qui suit.

Une quête perpétuelle

Bien que le séducteur compulsif dégage une confiance en lui à toute épreuve, il en est tout autrement dans la réalité. Il a un besoin permanent de reconnaissance et cette quête perpétuelle le pousse à s'éloigner de qui il est vraiment. En voulant plaire à tout prix, il séduit toutes les personnes qui croisent son chemin, même les plus inintéressantes. Il veut simplement être rassuré à propos de son image et l'autre ne devient qu'un objet de valorisation. Lorsque l'autre a mordu à son appât, le séducteur compulsif crie victoire et pense déjà à sa prochaine victime.

Esclave de ses pulsions

La séduction compulsive est une pathologie qui amène les gens qui en souffrent à miser le tout pour le tout pour une minute de reconnaissance. C'est une dépendance semblable à celle reliée aux drogues et une fois que le séducteur est bien ancré dans son cercle vicieux, il est extrêmement difficile pour lui d'en sortir. Il est esclave de ses pulsions, alors il se crée différentes opportunités de rencontres pour trouver celui ou celle qui saura soulager ses angoisses.

La fébrilité s'arrêtera au moment où l'autre acceptera ses avances, car ce qui les stimule n'est pas forcément la conclusion, mais bien la course pour y arriver. Il multiplie alors les rendez-vous, car il lui faut la sensation d'être très aimé pour savoir s'aimer un peu.

Le séducteur aime se dire qu'il plaît assez pour faire passer l'autre à l'acte. Ce message le rassure et c'est cette assurance qu'il recherche constamment. Par contre, le genre de relations qu'il entretient avec ses « proies » sont superficielles et sans profondeur. Elle est l'une parmi tant d'autres et rien ne pourra l'arrêter.

Vivre avec un séducteur compulsif

Malgré sa dépendance, le séducteur compulsif peut réussir à vivre une vie normale. Un jour, il rencontre celle qui lui fait croire qu'elle saura combler son besoin constant de valorisation. Il est conscient que la vie n'est pas de multiplier les conquêtes, mais bien de vivre heureux avec la personne qu'il aime. Or, sa dépendance n'est jamais bien loin. Il suffit d'un élément déclencheur (la perte d'un emploi, l'arrivée d'un enfant, une dispute, la mort d'un proche, etc.) pour que le naturel revienne au galop. Il repart donc à la chasse parce que selon lui, c'est la seule façon de soulager son angoisse.

Le séducteur compulsif ne peut pas être fidèle. Il aura toujours besoin de multiplier les conquêtes pour combler son manque d'estime de soi. Il mettra la barre de plus en plus haute parce que telle une dépendance, son besoin de valorisation augmentera continuellement. Chaque conquête devient un nouvel exploit et vivre avec une seule personne pendant toute sa vie ne comblera jamais son désir incessant de plaire.

Sa partenaire de vie va s'épuiser à essayer de lui faire comprendre que son rythme de vie la fait souffrir. Elle verra aussi son estime d'elle-même s'estomper au gré des passages à l'acte et des pardons. Vivre dans l'espoir de pouvoir remédier à la situation la fera douter de tous les faits et gestes de son séducteur. Cette relation deviendra lourde jusqu'au jour où, paradoxalement, celui qui multiplie les conquêtes se  retrouvera seul au monde.

La voie de la guérison

Si le séducteur décide qu'il en a assez de vivre de cette façon, il existe des thérapies qui peuvent l'aider à comprendre l'origine de son comportement. Il lui faudra faire un travail sur soi afin de trouver un exutoire plus approprié pour soulager ses angoisses. Le thérapeute pourra l'aider à renforcer son estime de soi afin qu'il puisse vivre pour lui-même et non pour les autres.

Suivez la sexologue Véronique Larivière sur Facebook!

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires