Un couple peut-il survivre sans sexe?

Auteur
Véronique Larivière, sexologue
Couple d'âge moyen dans un lit aux draps blancs

Le sexe sans amour, c'est possible. L'amour sans sexe, vous y croyez? Nous avons un peu plus de difficultés à s'imaginer qu'un couple ne partageant aucune intimité au lit pourrait survivre. Pourtant, certains réussissent là où d'autres échouent. Voici pourquoi.

Le couple à travers le temps

Chaque couple est différent, mais tous passent par les mêmes étapes de vie. Nous rencontrons cette personne qui nous fait vibrer, dont la présence nous chavire et l’absence nous désole. Nous officialisons notre union et le désir est à son top. Le sexe est merveilleux, tout le temps. Et quand je dis tout le temps c'est tout-le-temps! C'est bon, c'est spontané, c'est nouveau et c'est passionné. Les mois passent, la passion s'atténue pour laisser place à l'amour. Le vrai. Celui qui nous rend complices et unique. La vie reprend son cours normal, le quotidien s'installe et c'est alors que la fréquence des relations sexuelles diminue. Tout ce parcours est bien normal, c'est ce qui suit qui peut devenir problématique.

Un faux problème sexuel

En tant que sexologue, il peut sembler contradictoire de mentionner que la sexualité n'est pas essentielle à la survie d'un couple, mais plusieurs s'en sortent très bien! Certains chercheurs mentionnent qu'environ 10% des couples vivent une union asexuelle, où le sexe est pratiquement absent de la relation. Ils s'aiment passionnément, mais la sexualité ne fait pas partie de leurs intérêts et c'est bien ainsi! Pourtant certains d'entre eux se sentent coupables de ne pas aspirer à ce que le sexe fasse partie intégrante de leur relation amoureuse.

La société idéalise tellement la sexualité que ceux et celles ayant un faible appétit sexuel se sentent complètement dans un monde à part. Ils consultent en croyant avoir un trouble du désir, car ils n'ont pas envie de faire l'amour trois fois par semaine comme l'indique la plupart des magazines « pour personnes épanouies ». Or, lorsque nous leur demandons s'ils se sentent vraiment malheureux dans cette situation, ils réalisent qu'au final, ils sont heureux ainsi! Un trouble du désir ne l'est que s'il engendre une perturbation ou une détresse dans la vie quotidienne. Bien souvent, il suffit simplement de s'assumer tel que nous sommes.

Le concept d'une relation amoureuse est personnel à chacun. Nous mentionnons souvent que la sexualité est le ciment du couple, mais en réalité c'est l'amour et sa démonstration qui le sont. Il n'y a rien de mal à ce qu'un couple ne mette pas la sexualité au centre de la relation. L'amour, par contre, doit en faire partie intégrante. Les sourires, les caresses, les « je t'aime », les fous rires et les moments d'intimité sont essentiels à la survie d'une relation amoureuse. Et ce, que vous fassiez l'amour 3.3 fois par semaine ou 3.3 fois par année.

Quand la sexualité devient un problème

Là où cette situation peut devenir problématique, c'est lorsqu'un des deux partenaires souffrent et vit un manque sexuel flagrant. Celui ou celle qui aimait bien le sexe fréquent et spontané des débuts, se voit désormais dans l'attente perpétuelle d'une possible approche. Cette situation peut créer des conflits et une tension palpable au sein du couple. Outre le fait qu'un des deux peut avoir une plus forte libido, il se peut que l'absence de rapprochements sexuels engendrent une certaines souffrance narcissique. « Tu ne me désires plus? » « Tu ne me trouves plus séduisante? » etc. Nous avons tous besoin de se sentir désiré et aimé alors si l'absence de sexe n'est pas remplacée par une autre sorte de démonstration affective, il peut s'avérer très pénible de faire face à une relation asexuelle.

L'important est d'en parler est d'expliquer à l'autre votre carence au niveau sexuel. Peut-être que votre partenaire ne réalise pas vraiment l'ampleur de la situation et que le fait d'en discuter ensemble ranimera l'envie de reprendre une vie sexuelle un peu plus active. Il peut s'avérer complexe de le faire lorsque la sexualité a été enfouie aussi longtemps, mais il est possible de la réintégrer au quotidien avec un peu d'effort. Je l'ai souvent mentionné, autant qu'en début de relation le sexe va de soi, autant qu'il nécessite un peu de travail après quelques temps de vie commune. Il faut se renouveler et sortir de sa zone de confort pour reprendre contact avec sa libido. N'hésitez pas à rencontrer un ou une sexologue si vous avez besoin d'aide à ce sujet.

 

Suivez Véronique Larivière sur Facebook!

Vous aimerez aussi

Commentaires