Qu'est-ce que l'asexualité?

Auteur
Véronique Larivière, sexologue
Jeune couple d'amoureux couchés sur le dos
Dans un monde où la sexualité est omniprésente, les gens ne ressentant aucune attirance sexuelle se sentent un peu en marge et incompris. Cette particularité s'appelle l’asexualité et j’avais envie d’éclaircir le sujet avec vous.

Qu’est-ce qu’une personne asexuelle?

Une personne asexuelle ne ressent tout simplement aucune attirance sexuelle pour qui que ce soit. L’asexualité est une orientation sexuelle au même titre que l’homosexualité, l’hétérosexualité ou la bisexualité. Elle se définit donc différemment de l’abstinence puisque ce n’est ni un choix ni une décision reliée à un mode de vie ou une religion. Les personnes assexuelles ne «s’abstiennent» pas d’avoir des relations sexuelles, elles n'en ont naturellement pas l’intérêt.

Est-ce que les personnes asexuelles ont des relations amoureuses?

Tout à fait! Ce sont des relations sans dimensions sexuelles, mais plusieurs ont tout de même l’intérêt de partager leur vie avec une autre personne. On parle ici d’attirance romantique. Même si ces personnes n’ont pas d’attirance sexuelle, le sentiment amoureux peut être présent et est démontré de mille et une autres façons que la sexualité. Evidemment, il est plus facile pour une personne asexuelle d’être en couple avec quelqu’un ayant la même orientation, mais comme il est difficile de contrôler avec qui on tombe amoureux, il arrive qu’un couple «mixte» se forme. Ces relations peuvent être délicates à gérer, mais avec beaucoup de compréhension et d’empathie, elles peuvent fonctionner.

Qu’est-ce qui cause l’asexualité?

Aucune recherche scientifique ne démontre clairement ce qui «cause» une orientation sexuelle. Quelques études ont tenté de comprendre ce qui expliquerait une absence d’attirance sexuelle et il semblerait que ce ne soit ni un dérèglement hormonal ni un traumatisme antérieur. Au même titre qu’il est difficile d’établir les «raisons» de l’hétérosexualité et de l’homosexualité, l’asexualité ne fait pas exception. Il n’y a pas si longtemps, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) classifiait le manque de désir sexuel comme un problème psychologique. Ce n’est qu’en 2013 qu’on a retiré cette mention de trouble sexuel à la suite des pressions des personnes asexuelles sur les auteurs.

Est-ce que la sexualité est possible?

Les personnes asexuelles mentionnent clairement qu’il y a une distinction à faire entre l’attirance sexuelle et la libido. Plusieurs avouent pratiquer la masturbation pour assouvir une pulsion sexuelle, mais ne cherchent pas à l’apaiser avec une autre personne puisque l’attirance n’y est pas. D’autre part, certains avouent vivre une sexualité après avoir conclu une entente à l’intérieur d’un couple où l'autre partenaire ne se considère pas comme étant asexuel.

Pourquoi sensibiliser à l’asexualité?

Parce que l’asexualité est une orientation sexuelle à part entière et que dans un monde où la sexualité est partout, les personnes asexuelles se sentent un peu dans une classe à part. Il faut comprendre que la sexualité est personnelle à chacun et qu’il n’y a aucune place pour la honte ou à la culpabilité. De plus, la sexualité est un concept évolutif qui se modifie tout au long de notre vie. Il est possible de vivre une période assexuelle après avoir vécu un temps où le sexe était présent et vice versa. L’important est d’assumer sa propre intimité et de la vivre pleinement. N’hésitez pas à rencontrer un(e) sexologue si vous ressentez le besoin de clarifier un questionnement à ce niveau!
 
Véronique Larivière, sexologue
 

Pour en apprendre davantage sur les différentes orientations sexuelles

Vous aimerez aussi