Refaire l'amour après une longue abstinence

Auteur
Véronique Larivière, sexologue

Que ce soit suite à une rupture douloureuse, à une maladie ou à l'arrivée d'un enfant, il se peut qu'on choisisse de mettre notre sexualité en « stand-by » pour un temps. Mais quand l'abstinence perdure depuis un bon moment, le retour à la vie sexuelle peut être angoissant. Une certaine préparation est nécessaire alors je vous ai concocté quelques suggestions pour mieux la planifier.

Rationaliser ses craintes

Après une longue période d'abstinence, une tonne de questions se bousculent dans notre tête. «Suis-je encore attirante? », «Vais-je être à la hauteur? », «Saurai-je l'exciter? », « Mon corps va-t-il réagir à ses caresses? », etc. L'estime de soi a tendance à dégringoler au même rythme que notre libido. «Suis-je trop laide, trop grosse, pas assez ci, pas assez ça... ». Nous avons l'impression que nous avons perdu la main (sans mauvais jeu de mots!) et que tout est à réapprendre. Pourtant, c'est surtout cette mauvaise appréhension qui fera gâcher le moment. Ce stress et cette anxiété de performance ne sont pas, et ne seront jamais un allié à la sexualité. Il vaut mieux prendre cette adrénaline de façon positive et se dire qu'il est possible que cette « première » relation sexuelle ne soit pas parfaite.

Celles pour qui l'abstinence fait suite à une rupture douloureuse ou à une mauvaise expérience sexuelle, le retour à la sexualité peut s'accompagner d'une difficulté à s'abandonner entièrement. Il faudra passer par-dessus la crainte d'être blessée à nouveau ou de revivre une cruelle déception. La vie continue et vous seule avez le pouvoir de reprendre votre vie en main. Un nouveau partenaire donne la possibilité de repartir sur de nouvelles bases, il ne faut pas laisser filer cette chance.

Reprendre contact avec son sex-appeal

Avant de vous lancer, je vous suggère particulièrement de réapprendre à vous aimer. Lorsque notre corps sexuel est endormi pendant une longue période, nous oublions souvent de prendre soin de soi. C'est comme si nous ne voyions plus l'utilité de plaire. Alors hop! On se refait une beauté! Coiffure, vêtements, etc., optez pour tout ce qui vous fait sentir belles et désirables. De cette façon, vous vous sentirez beaucoup plus en confiance le moment venu. Et vous savez quoi? Pourquoi ne pas prendre du temps vraiment pour vous? Je veux dire, VRAIMENT pour vous. Les caresses solos ont toute leur raison d'être lorsque vient le moment de reprendre sa vie sexuelle en main. C'est comme si vous redécouvriez ce qui vous excite, les caresses qui vous plaisent et les sensations qui vous enivrent. Vous réapprenez donc à vous abandonner.

Il est impossible de ressentir du plaisir lorsque nous ne sommes pas à l'aise avec notre propre corps. Plus vous prendrez soin de vous-même, plus vous serez en mesure de partager une belle intimité avec votre partenaire et plus la relation sera enrichissante. Votre confiance en vous est directement proportionnelle au plaisir que vous ressentirez lors de la relation sexuelle.

En parler

La meilleure façon de diminuer l'anxiété est de tout simplement en parler au partenaire. Sans dramatiser, soulignez-lui que vous n'êtes pas complètement en confiance face au retour de votre sexualité. Partagez vos craintes et vos appréhensions. Vous l'inviterez donc à avoir une dose de compréhension face aux possibles maladresses et/ou difficultés rencontrées lors de la relation sexuelle. De cette façon, vous serez beaucoup plus détendue, l'autre deviendra un allié et vous n'aurez pas l'impression qu'il est un membre officiel du jury de vos ébats. L'atmosphère sera beaucoup plus détendue et vous profiterez davantage du moment présent.

Souvenez-vous que la règle de base pour un retour à une sexualité réussie est, d'abord et avant tout, de le faire pour vous. Trop de pression entraînera sans doute d'autres déceptions sexuelles et vous aurez l'impression que vous ne serez jamais prêtes. Faites-vous confiance. J'ai envie de vous dire que c'est comme le vélo, quelques coups de pédales et HOP, comme si rien n'était! Par contre, n'hésitez pas à rencontrer un ou une sexologue si vous ressentez le besoin d'une aide professionnelle supplémentaire.

Vous aimerez aussi

Commentaires