Le désir sexuel après l’accouchement

À la suite d’un accouchement, une baisse du désir sexuel est presque incontournable et le retour à une intimité avec notre partenaire ne se fait pas toujours facilement. Bien que notre vie sexuelle ne soit plus une priorité après l’arrivée d’un bébé, il est essentiel d’en prendre soin pour notre bien et celui de notre couple.

La prolactine : une hormone anti désir

L’absence de désir sexuel après l’accouchement s’explique en grande partie par la sécrétion de la prolactine, une hormone anti désir qui est nécessaire à la lactation. Cette hormone, lorsqu’elle est secrétée, entraine une diminution de la dopamine, l’hormone responsable de la libido. Au bout de trois mois, même si l’allaitement se poursuit, la prolactine s’affaiblit graduellement et affecte de moins en moins la dopamine.

Quand reprendre notre vie sexuelle?

La plupart des couples reprennent leurs activités sexuelles de quatre à huit semaines après la naissance du bébé. Pendant l’accouchement, le col de l’utérus est ouvert et nécessite du temps à se refermer. Des rapports sexuels hâtifs pourraient entrainer des risques d’infection. Enfin, il est conseillé pour les femmes qui ont subi une déchirure du périnée, une épisiotomie ou une césarienne d’attendre que la cicatrisation soit complète afin d’éviter toute complication et douleur.

Ne pas forcer le rapport sexuel

Forcer les relations sexuelles pourrait déclencher un blocage du désir. La zone du périnée a été particulièrement sensibilisée lors de l’accouchement et peut être très douloureuse.

Par ailleurs, il est essentiel de souligner qu’il existe une importante différence entre le moment où votre corps est prêt à reprendre des activités sexuelles et le moment où vous en ressentez le désir. Vos cicatrices ont beau être guéries, si l’envie n’est pas au rendez-vous, il y a peu de chance que votre premier rapprochement sexuel se déroule dans le plaisir. 

Tirer la fatigue à son avantage

S’occuper d’un bébé est épuisant. Toutefois, il faut tenter de ne pas vivre la fatigue comme un obstacle à notre vie sexuelle. Faire l’amour avec notre partenaire est un moment privilégié qui permet de se détendre. C’est exactement ce dont ont besoin des parents fatigués : relaxer et éprouver du plaisir. De plus, faire l’amour aide à évacuer le stress et à trouver le sommeil plus facilement.

D’amants à parents

Chez certains couples, le passage d’amants à parents se fait avec quelques difficultés. Pour plusieurs femmes, endosser le rôle à la fois de mère et de maitresse semble au début incompatible. Elles ressentent une certaine culpabilité à l’idée de reprendre une vie sexuelle. Avec le temps, elles découvrent que ces deux rôles peuvent aller de pair et elles finissent par trouver un certain équilibre.

Enfin, bien que ce soit rare, certains hommes ressentent un blocage sexuel envers leur partenaire qu’ils voient après l’accouchement comme une mère intouchable, une madone. En général, cette perception disparaît avec le temps.

La communication : la clé du succès

La communication est à la base de tout et elle est essentielle pour retrouver le désir sexuel. Il est nécessaire que votre partenaire et vous partagiez vos attentes respectives et vos sentiments. Exposer vos inquiétudes et vos préoccupations permettra de dédramatiser la situation et d’éviter d’éventuels conflits en lien avec votre vie sexuelle.
Soyez patients
Bien souvent, plusieurs mois s’écoulent avant qu’un couple retrouve son intimité sexuelle. Cette période de réajustement et d’adaptation permet aux partenaires de redécouvrir le corps et les besoins de l’autre.
Il est important de se rappeler qu’un rapport sexuel n’implique pas obligatoirement une relation complète. Faire durer les préliminaires plus qu’à l’habitude en étant plus tendres et sensuels est une solution intéressante. 

Quand s’inquiéter?

Si vous sentez qu’au bout de six mois d’essai, aucun changement n’a lieu et que l’absence de vie sexuelle cause des problèmes au sein de votre couple, il serait alors important pour vous de consulter un sexologue afin de trouver des solutions.

Pour trouver un sexologue, consultez le site du Regroupement professionnel des sexologues du Québec .

Sabrina Hammoum, rédactrice Canal Vie 
 

Vous aimerez aussi

Commentaires