L'importance des préliminaires

Couple importance préliminaires

À table comme au lit, la gloutonnerie n'a plus sa place. À juste titre, les femmes réclament des préliminaires. En plus de créer la complicité nécessaire à la poursuite des épanchements amoureux, elle amène la femme dans une zone de plaisir plus intense.

Il n'y a rien de plus beau que le désir dans les yeux d'un partenaire transi, prêt à toutes les fantaisies. Mais, pour allumer la flamme qui brûlera vos corps dans une étreinte passionnée, rien ne vaut les préliminaires. Les femmes le savent mieux que personne. Malheureusement, les hommes sont parfois trop pressés pour ce que d'aucuns appellent « une séance de taponnage ». Pourtant, ils devraient se remémorer leurs premiers émois, truffés d'interdits, avec « la petite voisine »!

Les préliminaires pour la femme

Pour la femme, les préliminaires pavent la voie à une relation sexuelle satisfaisante. D'un point de vue physiologique, elles favorisent une lubrification vaginale plus intense tout en créant une atmosphère empreinte de sensualité.

La femme, moins mécanique

Est-il besoin de le rappeler : la femme a besoin de plus de temps pour sentir le désir monter en elle. Moins mécaniques que les hommes - elles sont rares à rechercher la performance - les femmes réclament de plus en plus ces moments de tendresse, principalement en Occident, à l'exception de l'Amérique du Sud. Elles ont besoin d'être caressées, dorlotées, chouchoutées.

Leur désir passe par des mots doux, des caresses dans les cheveux, de légers contacts. Or, ces messieurs, à l'exception des bons amants, semblent escamoter cette étape importante pour se concentrer sur les parties plus sexuelles de la femme.

Soyez convaincante!

Mesdames, c'est à vous de convaincre monsieur de l'importance des préliminaires. D'abord, apprenez-lui qu'une relation sexuelle satisfaisante, pour vous, commence bien avant de se retrouver au lit (ou ailleurs). Dites-lui que les meilleurs aphrodisiaques demeurent la tendresse, la communication et la compréhension. La fusion des corps se prépare dès le petit matin, par un baiser, un câlin, une phrase gentille... Elle se bonifie lorsque les partenaires sont en présence l'un de l'autre, au souper, même devant le téléviseur, bref, bien avant les toutes premières caresses.

Demandez! Vous recevrez...

Vous passez de la phase affective à la phase corporelle. Freinez ses ardeurs. S'il est ouvert d'esprit, faites-lui part de vos préférences, de ce qui vous allume. Amenez-le à caresser l'ensemble de votre corps, du visage aux pieds, tout en évitant les parties dites sexuelles! Vous le savez, mais il l'ignore peut-être encore : le corps tout entier est une zone érogène. Et, bien sûr, certaines portions sont plus sensibles que d'autres.

Et s'il est maladroit?

Il est maladroit? Utilisez des accessoires. Remplacez ses doigts calleux par une plume d'autruche ou de paon. Mettez-y, entre les mains, un foulard de soie qu'il glissera lentement sur votre corps. La fraîcheur du tissu, doublée de sa douceur, vous procurera des frissons et fera grimper votre désir amoureux de plusieurs crans. La crème fouettée, les fruits, le chocolat sont aussi de bons outils pour amener votre partenaire à prendre son temps...

Les préliminaires pour l'homme

C'est bien connu, les hommes sont trop peu caressés. Pourquoi? Parce que la majorité d'entre eux ont de la difficulté à s'abandonner. Certains y voient une marque de faiblesse, une exagération de leur féminité. Quelle erreur!

À vous mesdames de prendre l'initiative! Vous appréciez le miel? Mettez-en sur une partie de son corps (certains préféreront un liquide réchauffé à la température corporelle, quoique le froid est parfois source de plaisir!) et léchez-le lentement. Il trouvera peut-être cette étape un peu longue. Persévérez, il finira par apprécier...

Leurs zones érogènes

De prime abord, les zones érogènes semblent moins nombreuses chez les hommes. Mais rien n'est plus faux... Les lobes, le cou, les mamelons, l'intérieur des cuisses, l'arrière des genoux sont aussi sensibles chez ces messieurs. Faites-lui découvrir sa sensibilité, ses zones érogènes. Au besoin, demandez-lui de vous guider. Les souvenirs des caresses prodiguées par la première femme de sa vie (lire : sa maman) lui reviendront bientôt en mémoire.

Vos caresses auront aussi un avantage. En tirant des bénéfices corporels de vos attouchements, il comprendra votre besoin d'être touchée. Et s'y prêtera de bonne grâce.

Vite, vite...

Certaines femmes détestent les préliminaires. Hé oui! Comme ces messieurs, elles veulent aller droit au but. Plus sexuelles, elles sont distraites, ou ennuyées, par de longs préambules. Il est possible que leur partenaire soit trop lent! Il faudra donc lui apprendre à varier le rythme : de la lenteur sensuelle à l'amour rapide et intense. De votre côté, interrogez-vous sur la nature de votre impatience. Crainte de l'abandon? Refus de paraître vulnérable? Envie que ça finisse au plus vite? Ou, tout simplement, une habitude bien ancrée?

Vous aimez être prise sans trop de préliminaires. Bien sûr, une « p'tite vite » sous la douche ou sur la table de la salle à manger a, elle aussi, son charme...

Et, après l'amour, lorsque vous aurez atteint l'orgasme (ensemble ou séparément), parlez, collez-vous... Mais ça, c'est une autre histoire. D'ici là, réclamez votre quota de caresses, avant l'amour!

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi