Les saisons influencent-elles notre sexualité?

Auteur
Véronique Larivière, sexologue
Couple qui s'embrasse dans un décor d'automne

Chose certaine, la météo influence notre humeur. Les professionnels de la santé mentale remarquent définitivement une corrélation entre le temps d'ensoleillement et le niveau de notre humeur général, c'est ce qui explique en partie la dépression saisonnière ressentie par certaines personnes. Est-ce aussi significatif sur notre sexualité? Les résultats sont étonnants!

L'été, caliente!

Généralement, la saison estivale rime avec chaleur, plage et nuits torrides! J'en ai d'ailleurs glissé un mot dans l'article Pourquoi le sexe est plus intense l'été? L'été c'est aussi la période des vacances, du lâcher-prise et des terrasses ensoleillées. Ces facteurs influencent grandement notre sexualité puisque notre libido s'émerveille au même rythme que notre stress quotidien diminue. En 2015, la firme Léger a demandé aux Canadiens quelle était la saison où il s’avérait plus probable qu’ils aient une fréquence plus élevée de relations sexuelles et à 62 %, ils ont répondu en faveur de l’été. Plus de la moitié des Canadiens avouent donc que la période estivale est une saison propice aux rapprochements. Or, il semble qu'en période de canicule la fréquence des relations sexuelles diminue considérablement. L'investissement dans une piscine ou un système d'air climatisé serait-il bénéfique pour le couple? Quoi qu'il en soit, lorsqu'il fait beau et chaud, nous avons tous tendance à avoir davantage de désir et à se sentir plus désirables.

L'automne, les feuilles tombent mais pas la libido!

L'arrivée du temps un peu plus frisquet fait place au merveilleux monde du cocooning. Le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism a suivi le taux de testostérones présent dans le sang de milliers de participants (et même de participantes!) et il semblerait que c'est pendant l'automne que le niveau de cette hormone associée au désir sexuel est à son comble. Plusieurs hypothèses sont émises, mais la plus probable demeure reliée aux anciens instincts de reproduction. On parle d'ailleurs de l'automne comme étant «une saison de rut». Parallèlement, selon une étude française du site de rencontres Gleeden auprès de 10 000 participant(e)s, c'est aux mois d'octobre et de novembre que le taux d'infidélités est à son plus bas! Seulement 12% des couples vivraient une infidélité en automne comparativement à 39% pendant l'été. Selon les experts, le temps froid et maussade inciterait à la chaleur humaine plutôt qu'aux aventures sans lendemain. 

L'hiver, les hauts et les bas de l'hibernation

La période froide peut aussi s'avérer difficile pour les couples. On remarque une hausse significative de la dépression saisonnière, ce qui influence grandement le désir sexuel et la fréquence des relations sexuelles. Par contre, dans un rapport sorti en 2011, l'Institut National d'Etudes Démographiques démontre que depuis plusieurs années, le jour où nous dénombrons le plus de naissances est le 23 septembre. Ce qui nous ramène, 9 mois plus tôt, à la période des fêtes! Les festivités ont toujours la cote sur les rapprochements! Par ailleurs, janvier est le mois le plus triste pour les couples. Tous les thérapeutes conjugaux vous le diront, c'est le mois où il y a le plus de séparations et de divorces. Plusieurs désirent commencer l'année du bon pied et cette soif de nouveauté peut avoir des répercussions sur leur couple actuel. 

Le printemps = le renouveau!

Si en hiver il y a un certain ralentissement côté libido, le printemps vient à la rescousse des désirs les plus endormis! Le soleil est de plus en plus présent, le mercure monte, on se dénude tranquillement... Tout pour créer le contexte parfait de la légèreté de l'amour! Le printemps a toutes les raisons du monde de s'appeler «La saison des amours»! La grande coupable est la sérotonine. Pendant l'hiver, la mélatonine (substance naturelle du corps pour favoriser le sommeil) est sécrétée en plus grande quantité parce qu'il fait sombre. On mentionne même que notre corps en produit 80% de plus que le reste de l'année! Ce qui accroît naturellement notre irritabilité et notre lassitude au quotidien. En présence de lumière, la mélatonine se transforme en sérotonine, l'hormone responsable de la bonne humeur et de la vitalité! Et c'est ce qui se produit au printemps. On se sent d'attaque pour le grand ménage, la nouveauté et le pétillant des beaux jours à venir!

Et vous, les saisons influencent-elles votre sexualité?


Suivez la sexologue Véronique Larivière sur Facebook!

Vous aimerez aussi

Commentaires