Faire le choix de vivre en solo

Auteur
Véronique Larivière, sexologue

À ce jour, le célibat n'est plus une aberration. Plusieurs se plaisent à vivre en solo et plus personne ne les pointe du doigt. Or, dans une société où la vie en couple est tout de même préconiser, comment arrivons-nous à vivre seuls? Zoom sur les célibataires dits endurcis.

Bien vivre sa solitude

La vie en solo découle souvent de relations plus ou moins décevantes et le célibat devient une sorte de cocon aux intempéries de la vie de couple. Ceux et celles qui vivent seuls depuis quelques années sont unanimes : bien que la solitude soit plus difficile au début, vient un temps où elle devient une alliée.

Plusieurs la considèrent comme une pause entre deux histoires d'amour. Un moment où l'on se consacre à soi, à son propre bonheur et en se donnant droit de vivre pleinement. Non pas que la vie de couple empêche entièrement le bonheur, mais disons que des questions ne se posent plus. Envie de sortir prendre un verre? C'est comme si c'était déjà fait! Pas de permission à demander ni de culpabilité à rentrer tard.

Les célibataires sont responsables de leur propre bonheur et libres de toutes contraintes. Ils contrôlent leur horaire, leurs loisirs et ils choisissent ce qu'ils veulent ou ne veulent pas. Il y a de quoi faire des jaloux!... mais jusqu'à quel point? C'est un apprentissage que de vivre avec soi-même. D'ailleurs, je suis d'avis qu'il faut être à l'aise de le faire avant d'être en couple avec quelqu'un.

Ceux et celles qui ont décidé de mettre un « stop » à une série d'échecs amoureux en se donnant la peine de vivre un temps en solo est, selon moi, une des meilleure décision qu'ils ont prise. Plusieurs se sont perdus à vivre à deux. Il est donc temps de mettre au clair qui ils sont vraiment en faisant des activités qui leur plaisent vraiment (et non pour faire plaisir à quelqu'un d'autre) et d'enrichir leur vie sociale trop vite mise de côté en couple.

Quand on recherche la perfection

La majorité des célibataires le sont parce qu'ils sont simplement en attente de trouver quelqu'un qui sera à la hauteur de leurs espérances. L'ennuie dans cette situation c'est que plusieurs deviennent de plus en plus exigeants et ils perdent toute la naïveté du conte de fées. Ils butinent d'aventures en aventures, mais aussitôt que la relation présente un bémol, c'est terminé. Tous les gens potentiellement intéressés - et intéressants - deviennent vite une menace à la solitude rendue si confortable. Personne n'est parfait, mais ils finissent par exiger la perfection.

Priorité au travail, d'abord et avant tout

L'aspect professionnel est non-négligeable dans le célibat d'aujourd'hui. Certains préfèrent mettre de l'avant leur carrière plutôt que de mettre leur énergie sur la vie de couple ou la famille. Il fut une époque où les femmes devaient mettre de côté leur avenir professionnel pour se consacrer à leur mari. Maintenant, c'en est tout autrement et plusieurs femmes préfèrent vivre en solo pour leur épanouissement professionnel.

Rien à voir avec la triste solitude

Les célibataires d'aujourd'hui vous le diront, malgré l'image fataliste que la société leur impose, leur vie n'a jamais été aussi remplie que depuis qu'ils vivent seuls. Leur vie sociale est riche et leurs semaines sont remplies d'activités intéressantes. Ce n'est pas parce qu'ils vivent seuls qu'ils sont isolés. « J'ai une vie tellement remplie et satisfaisante que je me demande s'il y aurait de la place pour quelqu'un! » me racontait une dame dernièrement. Il semblerait qu'on prenne goût rapidement à la vie en solo. Si bien que les futures rencontres devront être exceptionnelles pour laisser de côté ce petit goût de liberté.

Moins d'attentes, moins de déceptions. L'équation est assez simple, mais l'est-elle vraiment au quotidien? Une autre me racontait :  « Les nuits froides sont parfois tristes et les matins plutôt silencieux, mais on s'adapte parfaitement. Bien que je me demande parfois si la conversation matinale ne me tombera pas sur les nerfs lorsque j'aurai rencontré quelqu'un! »

Quelques statistiques

Statistique Canada dénote qu'à Montréal 40% des ménages ne comptent qu'une seule personne. À Québec, 37 %. Les célibataires sont si nombreux qu'un salon annuel leur est consacré, le salon Vivre en solo. De nombreuses activités et conférences sont destinées aux célibataires de 25 ans et plus pour leur permettre de bien vivre leur célibat. Une excellente idée qui a fait son bout de chemin depuis quelques années et qui se poursuit encore à chaque automne.

Et si on trouve ça difficile...

Entretenir l'amitié

La vie de célibat peut être bien satisfaisante, mais elle a aussi un prix. Se retrouver seul le soir peut devenir déprimant et c'est pourquoi il est important d'avoir dans son entourage des amis sur qui compter et ce, même à quelques minutes d'avis. Le cafard arrive souvent sans avertir, alors il est bien de savoir que quelqu'un, peu importe l'heure, est prêt à nous tenir compagnie.

Sortir de sa zone de confort

Afin de ne pas se perdre dans l'isolement, les activités hebdomadaires se doivent aussi d'avoir une place de choix dans l'horaire des célibataires. Je ne dis pas de vous perdre dans 586 sorties par semaine, je suggère simplement de sortir de sa zone de confort pour enrichir sa vie en solo. C'est le moment ou jamais de vous inscrire à des activités de votre quartier! Cours de cuisine, yoga, spinning, sommellerie, etc., il y en a toujours pour tous les goûts et vous allez rencontrer des gens qui ont les mêmes intérêts.

Cuisiner

N'oubliez pas de cuisiner! Ça peut paraître banal, mais souvent, lorsque nous nous retrouvons seul, nous perdons tout intérêt pour la cuisine. Cuisiner pour deux est beaucoup plus intéressant, je vous le concède. Par contre, se faire de bons repas, même seul, est excellent pour le moral! Oubliez les repas congelés. Un bon tartare, un steak sur le BBQ, des sushis, etc., plein de belles suggestions pour un menu solo! ... et pourquoi pas un petit verre de vin pour accompagner le tout?

Parler

N'hésitez pas à rencontrer un ou une sexologue si vous vous sentez un peu désemparée par votre situation. Plusieurs célibataires qui se retrouvent seuls après de nombreuses années de vie commune ont l'impression d'être complètement désorientés. C'est normal, vivre à deux pendant aussi longtemps nous amène à penser pour deux, vivre pour deux, et oublier qui nous sommes vraiment. Quelques séances avec un professionnel pourront vous aider à y voir plus clair et à reprendre contact avec vous-même.

Dans la vie, la relation amoureuse est sans doute la chose la plus difficile à réaliser. Aussi bien commencer par réussir notre vie en solo!


Suivez la sexologue Véronique Larivière sur Facebook!

Categories

Vous aimerez aussi

Commentaires