Que faire quand on n’aime pas nos beaux-parents

Vous aimez votre conjoint, cet homme avec qui vous partagez votre vie depuis un bon moment et avec lequel vous avez des enfants. En faisant la connaissance de vos beaux-parents, vous avez eu d’abord l’impression de faire face à des étrangers aux coutumes et manières de vivre bien différentes des vôtres. Vous les avez acceptés « pour le meilleur et pour le pire ». Cependant, après quelques années, vous réalisez que les parents de votre conjoint sont presque des ennemis qui viennent mettre en péril votre vie de couple et qui empoisonnent votre ambiance familiale. Bref, vous ne supportez plus leur présence! 

Voici quelques raisons possibles

Envahissement

Il y a de ces beaux-parents qui s’immiscent dans la vie de couple ou la vie famille. Ils vous dictent sans cesse ce que vous devez faire et comment le faire. Ils passent constamment des commentaires désobligeants sur votre façon de cuisiner, sur votre manière de faire l’entretien de votre maison, sur votre vision d’éduquer vos enfants. Vous vous sentez humiliée!

Contrôle

Ils tentent de tout diriger. Des conseils judicieux et des suggestions aimables demeureraient acceptables, mais vos beaux-parents, au contraire, donnent des ordres. Même lorsqu’ils sont en visite dans votre propre foyer, ils ignorent votre mode de vie et ils ne vous démontrent ni reconnaissance, ni remerciement pour votre accueil. De plus, ils n’apportent aucune aide, même quand le besoin se manifeste. Tout leur est dû. Vous êtes peinée et exténuée!

Mauvaise influence sur votre conjoint

En vous confiant à votre conjoint, vous réalisez que ses parents ont une mauvaise influence sur ce dernier. Vos discussions ne font qu’envenimer la situation davantage. Bien sûr, l’amour d’un fils envers ses parents est légitime, mais quand ce sentiment prend toute la place au détriment de votre relation conjugale, ceci est déstabilisant. Votre intimité est saccagée et vous vous remettez en question!

Éducation de vos enfants

Pour une mère, ses enfants sont des trésors inestimables. Quand les problèmes familiaux surviennent, vous protégez cet amour exclusif par l’instinct maternel qui vous habite. Or, vos beaux-parents s’en mêlent, en leur prodiguant des conseils qui viennent à l’encontre de vos valeurs personnelles.

Ils les gâtent à outrance et ils ne se soucient pas de vos recommandations. Ils remettent en question votre autorité parentale devant eux. Vos enfants comprennent vite et profitent pleinement de cette faille pour s’en donner à cœur joie. Vous sentez que vous perdez le contrôle sur ce que vous avez de plus précieux!   

Critiques nocives

Mensongères, injustes et surtout inutiles, les critiques de vos beaux-parents vous atteignent droit au cœur. Ils les profèrent ouvertement devant vos proches. Ces critiques de tous ordres s’adressent à vous d’abord, à vos enfants et même à vos propres parents. Même si celles-ci se veulent subtiles, elles opèrent au même titre qu’un affront physique. Vous êtes profondément blessée dans votre cœur d’épouse et de mère!  

Réunions familiales

Pour toutes ces raisons, vos réunions familiales sont devenues infernales. Malgré vos efforts qui ont pour but de plaire à tous, vous n’avez que ces idées en tête : fuir, vous évader, claquer la porte. Mais, vous ne passerez pas à l’acte afin de sauvegarder l’amour de votre conjoint et pour préserver la sensibilité fragile de vos enfants.

Des solutions

La complicité de votre conjoint

Le soutien et l’appui de votre conjoint sont impératifs. Sans ceux-ci, rien ne sera possible. Mettez-le au courant de vos malaises, sans agressivité. Faites-le de façon claire et paisible, en lui parlant « au je », et en évitant de l’accuser de quoi que ce soit. Gardez toujours en tête qu’il aime ses parents et tentez de trouver un terrain d’entente raisonnable pour tous. Soyez patiente et conservez votre calme. Rien ne se règle dans l’adversité.

Le silence

Une image vaut mille mots, dit-on. Au même titre, le silence peut être très éloquent et il devient une arme redoutable pour celui qui attaque! Ne répondez pas, ne réagissez pas à une critique détestable, ou, tout simplement jouez l’indifférence. Tous des éléments constitueront des facteurs de progrès satisfaisants et agréables pour vous, et ce, sans blesser personne. En quelque sorte, le silence représente une petite vengeance, sans ses retombées désastreuses!

L’humour

L’humour est également un atout insoupçonné dans des situations conflictuelles. Permettez-vous de rire intérieurement de vos beaux-parents, cela vous soulagera. Sans méchanceté, avec élégance et dignité, il est également possible, verbalement, de tourner au ridicule des propos désobligeants. 

Accepter sans devenir une victime

Dans les faits, vous n’avez pas le choix d’accepter vos beaux-parents tels qu’ils sont. Cependant, il est dans votre droit de faire valoir votre personnalité. Vous avez une vie bien remplie, vous avez un travail à l’extérieur où vous êtes grandement appréciée, vous éduquez vos enfants avec amour et au meilleur de vos connaissances, vous chérissez leur fils. Voici les raisons pertinentes pour garder la tête haute et vous départir de votre rôle de victime.

La limite des fréquentations

Avant de complètement couper les ponts avec vos beaux-parents, tentez de limiter vos fréquentations. Invoquez votre emploi du temps, vos rendez-vous incontournables, votre état de santé. N’hésitez pas à faire de petits « mensonges pieux ». En limitant les rencontres, les relations pourront être plus appréciées, de part et d’autre. 

Nous vous souhaitons courage, patience et harmonie dans cette aventure aussi intense que chaotique.

Jacinthe Dompierre, rédactrice Canal Vie
 

Vous aimerez aussi

Commentaires