Les origines de la St-Valentin

Célébrée le 14 février, la St-Valentin demeure, pour bien des peuples, la fête de l'amour. Mais quelles sont les origines de cette fête païenne, catholique, puis commerciale?

Fête païenne

La St-Valentin hez les Romains

La St-Valentin tirerait ses origines d'une fête païenne célébrée par les Romains : les Lupercales. Le 15 février, les prêtres de Lupercus, le dieu de la fertilité de la Rome antique, sacrifiaient des chèvres et s'enivraient. Une fois le rituel terminé, ils parcouraient les rues, à peine vêtus, pour toucher les passants. L'histoire veut également que, lors de cette fête païenne, les jeunes femmes s'approchaient des prêtres pour être touchées. Elles croyaient que ce petit geste augmenterait leur fertilité et faciliterait l'accouchement.

Chez les Grecs de l'antiquité

La période comprise entre la mi-janvier et la mi-février était aussi consacrée à l'amour et la fertilité.

Fête catholique

C'est vers 496 qu'un pape décida que la St-Valentin serait célébrée le 14 février, dans le but de contrecarrer les Lupercales chez les Romains.

Malgré tout, la fête païenne s'organisait en cachette et proposait de nouveaux rituels. Le 14 février, les femmes célibataires se cachaient aux alentours de leur village et les jeunes hommes partaient à leur recherche. Lorsqu'un homme en découvrait une, il devait la marier dans l'année. Même les hommes mariés participaient à cette course pour tenter de retrouver « la plus belle fille du village » et trouver leur plaisir la nuit de la St-Valentin.

St-Valentin et Moyen-âge

Un nom à la manche

C'est au Moyen-âge que la St-Valentin prend toute sa saveur. À cette époque, on fêtait plus le célibat que l'amour. Au terme d'un tirage au sort, les jeunes hommes accrochaient, à leur manche, le nom de leur « dulcinée ». Si la jeune femme était favorable à la candidature, elle l'invitait à une procession tenue le premier dimanche du carême.

Les oiseaux le 14 février

Une autre légende veut que les oiseaux s'accouplent à compter du 14 février. Cette dernière a donné naissance à une croyance. Si une jeune fille voyait un rouge-gorge à cette date, elle épouserait un marin. Si elle observait un moineau, elle vivrait un mariage heureux avec un homme pauvre. En contrepartie, un chardonneret « assurait » l'union avec un homme riche.

Les coutumes

La première carte de St-Valentin

Il semble que le prince Charles d'Orléans fut le premier homme à adresser une carte de St-Valentin, officiellement du moins. Emprisonné dans la Tour de Londres, il fit parvenir un poème à sa dulcinée, Marie de Clèves, en 1440. Il épousa cette dernière, qui avait 14 ans, vingt et un jours après sa libération.

Beaucoup trop obscènes!

C'est au 19e siècle que les cartes de voeux anonymes à la St-Valentin deviennent vraiment populaires. Mais quelques envois étaient tellement obscènes que certains gouvernements ont même dû les interdire.

Le mystère des X

Les « X » symbolisent les baisers, c'est connu. Et nous en retrouvons à profusion sur les cartes de St-Valentin. Cette coutume remonte aux origines du catholicisme alors que la croix, en forme de « X », symbolise la foi jurée. Plus tard, ceux qui ne savaient pas écrire devaient embrasser une croix, ce qui avait valeur de serment. C'est en souvenir de cette pratique que la croix est devenue symbole du baiser.

Et Cupidon?

Enfin, Cupidon, célèbre personnage relié à la St-Valentin et personnifié par un jeune enfant muni d'un arc et d'une flèche, représente le dieu de l'amour. Son nom vient du latin cupido, qui veut dire Désir. Il serait le fils de Mars et Vénus. Si sa flèche vous touche, vous tomberez amoureux de la première personne que vous rencontrerez. Cette légende a encore ses fidèles, plus de 2000 ans plus tard.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Categories

Vous aimerez aussi