Mon partenaire est homosexuel

Vous vivez en couple depuis plusieurs années, et malgré les hauts et les bas qui surviennent dans toutes les relations, vous avez confiance en votre conjoint. Et puis un jour, c’est le choc… Vous découvrez que votre partenaire est homosexuel. Que vous l’appreniez par hasard ou de son propre aveu, le résultat est toujours identique : votre monde s’écroule et toute votre vie est remise en question. Comment réagir?

La révélation

Peut-être que vous aviez des doutes depuis longtemps sur la réelle orientation sexuelle de votre conjoint. Peut-être même que ce sont ces doutes qui vous ont poussé à fouiller dans ses affaires personnelles afin d’arriver à cette conclusion qui détruit aujourd’hui votre monde. De nombreuses personnes avouent qu’après coup, certains comportements de leur conjoint auraient dû leur mettre la puce à l’oreille, mais quand on est amoureux, on se cache souvent à soi-même les signes les plus évidents.

Malgré la douleur de se rendre compte que l’on a vécu pendant longtemps dans l’illusion et le mensonge, pouvoir enfin attribuer une raison valable à l’écroulement de sa relation de couple est une sorte de libération. Même lorsque c’est difficile, il est toujours mieux de connaître la vérité que de s’enliser sans comprendre ce qui ne va pas, de se demander sans cesse ce que l’on pourrait faire pour arranger les choses. Parce que, soyons clairs, si votre conjoint est homosexuel, ce n’est pas votre faute et ce n’est pas pour vous faire du mal. C’est tout simplement un aspect de sa personnalité qui était refoulé (volontairement ou non) pendant de nombreuses années et qu’il ou elle a enfin accepté.

Des sentiments mitigés

Évidemment, savoir que votre conjoint est gai va remettre en cause toutes vos convictions. Vous vous demandez peut-être pourquoi vous n’avez rien vu avant, et surtout, vous aimeriez bien savoir si toute votre vie conjugale n’a été qu’un gros mensonge depuis le début. Ces émotions sont normales et, bien qu’inconfortables, vous devez les vivre pleinement afin de pouvoir faire le point.

En plus des émotions négatives liées à n’importe quel cas d’adultère, cette situation entraine chez beaucoup de personnes de l’incompréhension, de la confusion et une remise en question personnelle.

Pourtant, malgré l’épreuve, et même lorsque la séparation est la seule issue envisageable à vos yeux, il faut bien comprendre que la nouvelle orientation sexuelle de votre conjoint ne change rien aux bons moments que vous avez passés ensemble. Peut-être que ce que vous voyiez comme un grand amour inébranlable était autre chose pour votre conjoint, mais cela ne veut pas dire que les sentiments n’étaient pas partagés. Une amitié profonde et un engagement de tous les jours ont une très grande valeur, même si l’attirance sexuelle ne faisait pas partie de l’équation (dans son cas, du moins.)

Rien n’est jamais tout noir, ni tout blanc… Il est parfaitement compréhensible que vous vous sentiez trahi, mais ce n’est pas une raison pour rejeter en bloc tout ce que vous avez vécu ensemble, parce qu’il est impossible de passer des années et des années avec quelqu’un sans qu’une certaine forme d’amour soit présente. D’accord, ce n’est peut-être pas la forme dont vous rêviez, mais malgré tout c’était quelque chose de vrai et de sincère, dans l’immense majorité des cas.

Et les enfants?

Lorsqu’il y a des enfants au centre de la relation, cela rend souvent la situation encore plus difficile. On ne sait pas ce qu’il faut leur avouer ou leur cacher. Généralement, les psychothérapeutes s’entendent pour dire que tout enfant en âge de comprendre la sexualité devrait être informé, dans des mots qu’il comprend, de la situation. Évidemment, les tout-petits et les jeunes enfants en ont déjà assez sur leurs épaules en apprenant la séparation (si tel est le cas) de leurs parents, mais il est préférable de ne pas leur cacher les choses au fur et à mesure qu’ils grandissent.

Cela peut causer une forme de détresse chez les ados qui s’identifiaient au parent homosexuel. Eux aussi auront l’impression d’avoir été trahis, mais si le dialogue est ouvert, les chances d’aboutir, après un temps de transition, à une relation parent-enfant épanouie sont augmentées.

Dans certains cas, les enfants déjà ados ou adultes pourraient choisir de couper tous les liens avec leur parent homosexuel. Il est nécessaire de les laisser aussi faire leur propre cheminement et retrouver leurs repères dans cette nouvelle image familiale…

Quel avenir?

Les statistiques montrent que lorsqu’un des membres du couple dévoile son homosexualité, les réactions ne sont pas toujours identiques :

  • 1/3 des couples se séparent immédiatement, soit parce que la personne hétérosexuelle ne peut plus supporter de partager la vie de son conjoint, soit parce que la personne homosexuelle souhaite refaire sa vie avec une personne qui répond plus à son besoin.
  • 1/3 des couples décident de se donner une chance, parce qu’ils souhaitent malgré tout ne pas briser leur relation d’amitié et leur vie quotidienne, ou pour conserver l’unité familiale devant leurs proches et leurs enfants. Souvent, la relation se brise dans l’année suivante.
  • 1/3 des couples s’engagent à rester ensemble « pour le meilleur et pour le pire », parce que leur vie commune a créé un lien trop fort pour être détruit. Ils s’aiment au-delà de leurs besoins sexuels. Dans ce cas, il arrive (la moitié des cas) que la relation perdure et se transforme en une amitié profonde et sincère. La séparation survient, souvent après plusieurs années, lorsque l’un ou l’autre rencontre un nouveau partenaire et souhaite s’investir dans cette relation.

Comment se relever?

Quelle que soit votre manière de régler la situation, il est important de faire ce qui vous tient vraiment à cœur. Vous êtes la personne qui connaissez le mieux vos propres besoins et aucun individu, aussi bien intentionné soit-il, ne devrait diriger vos actions. Parfois, consulter un thérapeute pourrait vous permettre d’y voir plus clair en vous-même et de définir en mots ces émotions emmêlées, mais aucune épreuve n’est insurmontable.

Au sentiment d’échec se superpose souvent une baisse d’estime de soi. On ne comprend pas comment l’autre a pu nous faire ça, on voudrait pouvoir retourner en arrière pour faire les choses autrement… Mais le passé est passé. Plutôt que vous apitoyer sur une relation manquée, pensez à toutes les surprises que la vie vous réserve encore. Si vous avez besoin de suivre une thérapie pour vous aider, faites-le, si vous avez besoin de couper tout contact avec votre ex, faites-le… Et si vous avez besoin de garder cette personne présente à vos côtés, faites-le aussi.

Et même si c’est difficile au quotidien, tâchez de ne pas entretenir de rancœurs. Cela ne changera rien au problème, mais vous permettra d’avancer dans la vie au lieu de rester accroché à une histoire qui a mal tourné.

Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires