Les différents modèles de gestion d'argent dans le couple

C’est bien connu : quand on aime, on ne compte pas. Pourtant, pour de nombreux couples, l’argent est un sujet extrêmement tabou. Soit on en parle trop, au risque d’alimenter les conflits, soit on évite d’aborder la question, au risque de laisser les choses s’envenimer, et de créer frustrations et rancœurs.

Certes, planification financière ne rime pas avec romance, mais il faut reconnaître que l’on vit difficilement d’amour et d’eau fraiche. Vivre en couple, c’est aussi payer le loyer ou l’hypothèque, les factures, l’épicerie, l’auto, l’éducation des enfants, etc.

Malheureusement, ce n’est pas parce que l’on s’aime que l’on a forcément la même vision de l’argent.

Se poser les bonnes questions

Avez-vous les mêmes objectifs de vie, les mêmes priorités, la même perception en terme de gestion financière, les mêmes habitudes de consommation?

Aborder ces questions sur votre couple et l’argent peut vous sembler périlleux, mais sachez qu’une fois clarifiées, elles vous éviteront sans doute des conflits. Sans compter que c’est un exercice idéal pour mieux vous connaître!

Et puis, cela vous aidera surtout à établir un budget de vie commune. Cela vous permettra de vous faire une idée des dépenses à prévoir, qu’elles soient fixes, courantes ou occasionnelles, et de savoir si votre situation financière colle avec votre réalité.

C’est aussi l’occasion de faire le point, d’évaluer ou de mettre en place certains compromis, et même de faire des économies! Résultat : vous pourrez alors mieux planifier les projets qui vous tiennent à cœur! Maintenant que les bases sont posées, on répète l’exercice à chaque changement de situation : achat d’une propriété, naissance d’un enfant, perte d’un emploi...

La prochaine étape? Explorer les différents modèles de gestion d'argent et adopter celui qui vous correspond le mieux.

Moitié-moitié

Marie (28 ans) et Jean-Philippe (32 ans), conjoints de fait depuis 1 an

« Comme nos revenus sont sensiblement les mêmes, nous avons tout naturellement opté pour le 50/50. Nos dépenses courantes, nos sorties en amoureux et nos voyages sont divisés en deux. Quand l’un paie, l’autre rembourse la moitié. Nous avons le même rapport à l’argent, et nous ne sommes pas vraiment stressés par les aspects financiers. »

Avantages

« Le 50/50 nous évite de mettre trop d’énergie dans les questions d’argent. Cela nous permet aussi d’être flexibles et de pouvoir dépanner l’autre au besoin. Ça finit toujours par s’équilibrer! »

Les inconvénients

« Nous n’avons pas de compte conjoint, ce qui nous convient pour l’instant. Nous sommes tout de même conscients qu’une meilleure organisation sera essentielle pour notre avenir, par exemple, si nous achetons un condo. »

Ce type de budget est surtout attrayant en début de relation, ou quand les revenus de chacun sont sensiblement les mêmes. Il faut cependant accepter d’être flexible en cas de pépins, pour que l’autre ne soit pas pris au dépourvu. Surtout, il faut être ouvert, et prêt à remettre en question cette méthode en cas de changement.

Le prorata

Annick (32 ans) et David (33 ans), mariés depuis 2 ans et parents d’un petit garçon de 1 an

Annick : « Toutes les dépenses fixes, comme les factures et le loyer, ainsi que celles reliées à notre fils, sont divisées à parts égales. Par contre, je prends davantage à ma charge l’épicerie et les articles pour la maison, en plus d’être responsable de l’épargne destinée aux projets familiaux. De son côté, David paie l’auto, puisque je ne l'utilise pas. »

Les avantages

Annick : « Ça tient compte de notre mode de vie et de notre salaire. Je serais frustrée de payer pour une auto dont je ne me sers pas, mais je trouve tout à fait normal de payer un peu plus concernant nos dépenses, car j’ai un meilleur salaire. »

Les inconvénients

« Nous avons choisi de fonctionner sans compte conjoint, donc c’est parfois difficile de s’y retrouver quand les dépenses s’accumulent. Cela nous force à être assidus! »

Très utilisé, le prorata est une excellente méthode si elle est correctement balisée. Ce mode de fonctionnement est le plus équitable, puisqu’il compose avec les différences de revenus de chacun, sans creuser trop d’inégalités. Celui qui gagne moins ne verra alors pas toute sa fortune engloutie au détriment de son épargne, mais pourra jouir d’un train de vie qui correspond à celui de son partenaire.

Le tout en commun (ou presque)

Anne (33 ans) et Jérôme (35 ans), conjoints de fait depuis 10 ans

Jérôme : « Nous avons toujours essayé de fonctionner en tenant compte de nos moyens respectifs, mais dans les faits, c’est plutôt moi qui me retrouve à payer pour nous deux. Je soutiens Anne parce qu’elle est retournée aux études, mais cette situation me frustre. Par exemple, sa mise de fonds pour notre condo est beaucoup plus élevée que la mienne, par contre, nous n’avons jamais pris en considération tout l’argent que j’ai mis dans les rénovations. C’est la même chose pour la retraite : je suis entrepreneur, et je n’arrive pas à épargner pour mes vieux jours parce que je prends presque tout à ma charge. De son côté, son ancien emploi lui a permis de récolter un joli fonds de pension. »

Les avantages

« Nous formons une équipe et nous investissons dans notre avenir. Nous avons les mêmes envies de fonder une famille et de progresser dans nos carrières. »

Les inconvénients

Jérôme : « L’argent est un sujet tabou entre nous. J’accumule les frustrations, car j’ai l’impression que nous n’avons pas la même vision de l’argent. Je m’inquiète pour ma retraite, et je me demande si je vais vraiment avoir un retour sur investissement équitable si nous décidons de vendre notre condo. »

Pour que ce type de budget fonctionne sans accroc, il faut impérativement avoir la même perception de l’argent et les mêmes priorités. En effet, comme l’ensemble des revenus et des dépenses du ménage est mis en commun, cela laisse peu de latitude pour les dépenses personnelles, qui peuvent parfois frustrer l’autre. 

Afin que chacun garde son indépendance financière, il est fortement conseillé d’avoir aussi un compte personnel dans lequel on déposera l’argent qui ne sert pas à l’ensemble de la famille. Ainsi, chacun gère ses propres dépenses à sa manière, investit son argent comme il l’entend, en plus de s’assurer une quiétude en cas de pépin.

En effet, si l’un des conjoints décède ou fait face à de graves problèmes de santé, l’accès au compte conjoint sera gelé jusqu’à ce que les questions légales soient réglées. Dans le cas d’une faillite, cet argent pourrait même être saisi par les créanciers.

Et si vous vous séparez ou que votre conjoint décide de disparaître avec le contenu du compte, vous pourriez bien vous retrouver dans une situation précaire.

Se protéger pour avoir l’esprit tranquille

Comme Anne et Jérôme, de nombreux couples vivent des frustrations qui peuvent parfois se solder par une séparation. Pour ne pas en arriver là, il est alors essentiel de mettre en place des balises.

Anne et Jérôme pourraient, par exemple, choisir d’aller chez le notaire pour faire inscrire noir sur blanc les sommes investies dans leur condo. Anne a une importante mise de fonds, mais qu’en est-il des rénovations que Jérôme a payées?

Une autre option peut aussi s’avérer intéressante : le contrat de vie commune. Le but? Définir les droits, devoirs et responsabilités de chacun, tant au niveau personnel que commun. Cette entente, qui peut être signée devant notaire, ou simplement devant témoins, garantit une protection en cas de conflit, de décès, ou de séparation, mais surtout, donne la chance au couple de vivre son amour sereinement et en toute quiétude.

Philippine de Tinguy, rédactrice Canal Vie, en collaboration avec Isabelle Thibeault, conseillère budgétaire à l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) du sud-ouest de Montréal

Vous aimerez aussi

Commentaires