Il n'aime pas ma famille - que faire?

Lorsqu’on entre en relation avec quelqu’un, on considère souvent que le plus important concerne notre bonne entente conjugale et que notre conjoint nous a choisis pour nos qualités personnelles et pas pour celles de notre famille. C’est évidemment vrai jusqu’à un certain point…

Mais il ne faut pas oublier que notre entourage immédiat, qu’on le veuille ou non, influence notre façon d’être, de faire et de penser. Alors, comment réagir quand on sort avec un homme qui n’aime pas du tout nos proches, qui ne veut pas nous accompagner dans les fêtes de famille parce qu'il ne l’apprécie pas ou la trouve ennuyante, problématique ou tout simplement trop présente… Comment réagir dans cette situation? Faut-il essayer d’aplanir ces différences ou « laisser faire? »

L’importance de la famille immédiate

Même lorsque nous ne nous sentons pas très proches de notre famille, que nous vivons loin ou que nous ne nous voyons que rarement, il ne faut pas négliger l’importance de l’influence que celle-ci a sur nous. Après tout, nous avons vécu ensemble les premières années de notre vie, et que les souvenirs soient bons ou mauvais, ils ont façonné la personne que nous sommes aujourd’hui.

Souvent, avec le recul, on parvient à faire la part des choses et à faire abstraction des petits différends qui nous ont opposés par le passé et à s’aimer pour ce que nous sommes : des êtres humains avec des défauts et des qualités. C’est pour cette raison que, même si nous nous permettons à l’occasion des accès d’humeur à l’endroit de nos parents, nous avons beaucoup de mal à accepter que les commentaires négatifs viennent de quelqu’un d’autre, en l’occurrence notre conjoint.

Comprendre le problème

Les raisons qui poussent la personne qui partage notre vie à se sentir mal à l’aise en compagnie de notre famille peuvent être très variées, voire parfois inexplicables, même pour le premier concerné. Elles peuvent inclure :

- Des valeurs de vie différentes (politiques, religieuses, etc.)
- Du ressentiment face à une situation passée, par exemple quelque chose que vous-même avez vécu, mais que votre conjoint n’arrive pas à pardonner, même si vous avez réussi à passer par-dessus.
- Des conflits de personnalités : on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, et votre conjoint peut décider de ne pas « se forcer » s’il ne se trouve rien en commun avec vos proches.
- Le sentiment d’être toujours jugé ou critiqué, de ne pas être « assez bien » pour vous dans leurs yeux.
- Une présence trop lourde : si vous êtes du genre à appeler et visiter vos parents toutes les semaines alors que l’autre se satisfait parfaitement du repas traditionnel de Noël, il aura sûrement des difficultés à comprendre la proximité qui existe entre vous.
- Une mésentente chronique face à l’éducation de vos enfants.
- Etc.
Nous sommes toujours plus tolérants face à nos proches, parce que nous les connaissons intimement et que nous les aimons de tout notre cœur, mais ce n’est évidemment pas le cas de notre conjoint. Ce dernier a choisi de vivre avec une personne en particulier, pas avec sa famille au complet… Et c’est pour cela qu’il lui est peut-être difficile de se plier aux « règles » de vie  et de pensée auxquelles nous avons été soumis depuis toujours.

En parler… ou pas?

Quelle que soit l’origine du malaise, et même si les raisons vous semblent tirées par les cheveux, ce n’est pas en niant le problème que la situation pourra un jour s’améliorer. Par contre, il est également nécessaire de ne pas créer une tempête là ou il n’en existait pas…

Si vous remarquez que votre conjoint fait des efforts à l’occasion, qu’il essaie d’être aimable (même si ça lui coûte!) et qu’il fait son possible afin de vous laisser profiter de vos proches, il n’est peut-être pas nécessaire de créer des tensions supplémentaires et d’alimenter une dispute. La vie conjugale est assez compliquée comme ça…

Par contre, il peut arriver que l’attitude du conjoint soit une source de blessure, tant pour votre famille que pour vous-même. S’il refuse à tout prix de les voir ou de leur parler, s’il ne se présente jamais aux réunions familiales, s’il parle de manière négative (voire injurieuse) de vos proches devant vous et vos enfants, cela peut évidemment devenir malsain et insupportable pour tout le monde. Il devient alors nécessaire de discuter sérieusement de cette situation :

En couple

Avant de réunir le conseil de famille (ce qui aurait pour conséquence absolue d’exaspérer encore plus votre conjoint), essayez de parler ensemble de ce malaise et de trouver des solutions pour remédier au problème. Choisissez un moment où vous n’êtes pas stressée ni énervée et expliquez à votre amoureux que son comportement vous dérange, vous attriste ou vous choque. Tâchez de trouver ensemble des compromis pour que tout le monde soit content :

- Par exemple, si la visite du dimanche après-midi est pour vous incontournable, n’exigez pas de votre conjoint qu’il soit là aussi. Vous pourriez par exemple lui « inventer » une autre occupation chaque semaine à la même heure (sport, etc.)
- Dites-lui que vous pouvez comprendre ses sentiments, mais que ceux-ci ne doivent pas être prononcés à voix haute devant les enfants.
- Faites un retour sur vous-même : est-il possible que votre famille prenne réellement trop d’importance dans votre vie et que votre conjoint en souffre? Se sent-il négligé?

En famille

Dans certains cas, il peut être nécessaire de clarifier les choses de manière diplomatique. Si vos parents sont effectivement à l’origine du problème parce qu’ils critiquent sans cesse votre conjoint pour toutes les raisons imaginables, vous devriez alors les confronter (gentiment) afin de leur faire comprendre que cette attitude blesse tout le monde et que cela ne peut que vous pousser à vous éloigner. Vous avez choisi votre conjoint, vous l’aimez, et vous voudriez que votre famille accepte votre choix et le respecte.

Et si ça ne s’arrange pas?

Il arrive parfois que les sources du problème soient bien plus profondes et que la bonne entente soit tout bonnement impossible. C’est malheureusement encore trop souvent le cas pour les couples mixtes (différences de culture, de religion, de couleur de peau, entre autres.) Si votre situation personnelle se situe dans un de ces extrêmes, il peut être nécessaire de jeter l’éponge et éviter tout simplement de « mélanger » ces deux domaines de votre vie.

Ce n’est pas facile de vivre une telle situation au quotidien, mais il vaut parfois mieux, pour éviter les dégâts, vivre votre relation familiale indépendamment de votre relation conjugale. La seule chose très importante dans ce cas de figure est de ne pas encourager les critiques non constructives des deux bords, pour ne pas que vos propres enfants en souffrent.


Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie
 

Vous aimerez aussi

Commentaires