Faire chambre à part? Pourquoi pas!

Mesdames, celui qui dort à vos côtés ronfle comme un paquebot échoué sur un banc de sable? Son haleine matinale fait fuir le plus endurci des percherons?

Et vous messieurs, votre conjointe dort la fenêtre ouverte alors que tous les poils de votre corps tentent de vous soustraire à ce début d'ère glaciaire? Si vous avez répondu « Oui » à l'une ou l'autre de ces questions, il serait peut-être temps de songer à faire chambre à part!

Des avantages

Le retour au romantisme

Contrairement à la croyance populaire, faire chambre à part peut maintenir la magie dans votre couple. Ainsi, madame pourrait trouver sur son oreiller, au retour du travail, une gentille invitation à rejoindre son conjoint, le soir, dans « sa » chambre. Une telle proposition n'a-t-elle pas le mérite d'allumer une flamme qui se consumera dans une atmosphère teintée d'érotisme... ou dans une passion débridée? Sûrement! Voilà une bonne façon de maintenir une relation harmonieuse... et satisfaisante pour deux tourtereaux qui partagent leur quotidien depuis des années. Il suffit d'un peu d'imagination.

Certains construisent même des scénarios au cours desquels ils se retrouvent dans un endroit public pour repartir ensemble et unir leurs corps, ensuite, chez madame, ou monsieur, mais à la même adresse civique...

Avouez qu'il est difficile de dormir profondément lorsqu'on partage son lit avec un partenaire qui donne l'impression d'affronter un tremblement de terre de 9 sur l'échelle de Richter, tellement son sommeil est agité. Que faire? Divorcer?

Une histoire à succès

Faire chambre à part aura permis à Julie et Kevin (prénoms fictifs) de sortir des ornières d'un conflit perpétuel et d'améliorer leur qualité de vie. Aux prises avec des agendas surchargés et des horaires de travail différents, ils ont opté pour cette solution qui s'est avérée, en fin de compte, un moyen efficace pour bénéficier quotidiennement d'un sommeil réparateur. Et lorsqu'ils se retrouvent sur l'oreiller, la tendresse fait place aux reproches et aux sous-entendus...

Chacun son rythme et ses goûts

En aménageant deux chambres dans une même maison, chaque conjoint bénéficiera aussi de son petit jardin « secret ». Madame, qui apprécie la lecture sous la couette, n'aura pas à se priver de ce plaisir. Et monsieur pourra regarder la troisième période du match de hockey sans déranger personne... ou risquer de sombrer dans les bras de Morphée sans éteindre le téléviseur. Le couple évitera ainsi de petits tiraillements qui risquent, en fin de compte, de se transformer en récriminations récurrentes, voire en crise majeure.

Parfois idéale pour d'anciens célibataires endurcis

Faire chambre à part peut également favoriser l'émergence de nouvelles relations conjugales. Imaginez que madame est seule depuis quelques années. Elle a ses petites habitudes, ses manies, bien légitimes d'ailleurs, et hésite à sacrifier son rituel quotidien. Amoureux, elle et son nouvel ami choisissent de vivre ensemble. Mais elle a peine à trouver le sommeil, peu habituée à partager son lit. En dormant chacun dans leur chambre, les conjoints trouveront leur compte, sans sacrifier les élans de tendresse ou les relations sexuelles.

Une pause aux disputes

Et, lors d'une chicane, les deux belligérants auront leur espace pour réfléchir, sans que l'un d'entre eux se retrouve sur le divan pour la nuit!

Les inconvénients

Manque de contact physique

Pour certains couples, dormir dans des chambres séparées est tout simplement inconcevable. Madame dort en toute sécurité lorsqu'elle sent son conjoint à proximité. Monsieur, dont la libido concurrence le système de chauffage le plus performant, y trouve son compte lorsqu'une pressante envie se fait sentir... et que son(sa) complice est réceptiv(e) à ce rapprochement spontané.

Plusieurs apprécient également le contact de la peau de leur partenaire. Ils se sentent bien lorsqu'ils se blottissent dans les bras de celui ou celle qui partage leur couche. Ils ne peuvent concevoir leur relation autrement. Qu'à cela ne tienne, collez-vous, et dans le même lit! Personne ne vous en tiendra rigueur.

Signe que ça ne va plus

D'autres estiment enfin que faire chambre à part est un signe annonciateur de séparation. Ils ne peuvent imaginer le couple sans cette proximité nocturne. Une expérience malheureuse, vécue dans une relation antérieure, l'exemple de leurs parents qui, une fois dans leurs chambres respectives, ont vu leur relation péricliter, leur font élaborer un scénario catastrophe digne des meilleurs films d'Hollywood. Doit-on leur en vouloir? Non!

Juste des amis

Enfin, il y a aussi les couples qui craignent de voir leur relation amoureuse se transformer en une cohabitation plus au moins pacifique. Devenu colocataire ou copropriétaire, chacun refuse de faire le premier pas pour raviver une flamme qui pourrait maintenir la santé du couple.

Dialoguez!

Quelles que soient les motivations des partenaires, la décision de faire chambre à part nécessite une bonne dose d'ouverture, et de dialogue. En fait, ce sont les besoins affectifs de chacun qui doivent guider la décision commune. Des gens indépendants n'ont pas toujours besoin d'être à proximité de la personne aimée pour se sentir bien. En contrepartie, ceux qui sont plus dépendants affectivement verront cette proposition comme une menace à leur intégrité... pire, comme un rejet.

Chaque partenaire amoureux doit donc, à priori, être rassuré sur les véritables motifs de cette demande. Le degré de confiance devra alors être assez élevé pour permettre à chacun d'exprimer son point de vue, sans créer de raz-de-marée conjugal.

Enfin, le couple doit partager un minimum d'affinités. Dans le cas contraire, le simple fait d'aborder le sujet prendra la forme d'un tsunami dévastateur.

Rappelez-vous qu'imposer son choix est la pire des solutions. Il faut plutôt vider la question avant de prendre la décision finale.

Le compromis

Vous envisagez ce choix de vie? Vous n'êtes pas seuls. Selon une étude américaine commandée par l'Association des constructeurs immobiliers, 62 % des couples bien nantis feront chambre à part d'ici 2015. Et, voilà quelques mois, le magazine Santé canadienne dévoilait les résultats d'un sondage qui démontre que le tiers des 1700 répondants dormait dans des chambres séparées.

Et l'idée de dormir dans deux chambres distinctes est généralement bien acceptée chez les couples homosexuels. Il semble que la durée de la cohabitation (souvent moins longue) explique en partie ce phénomène.

Vous désirez tenter l'expérience, mais vous ne disposez pas de deux chambres? Qu'à cela ne tienne! Procurez-vous deux lits séparés et installez-les dans la même chambre, si l'espace le permet. Vous connaîtrez ainsi tous les avantages de dormir seul(e), mais vous entendrez l'autre ronfler, même avec des bouchons dans les oreilles... Sauf si vous avez le sommeil aussi profond que celui de « la locomotive » qui ronronne à vos côtés.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie

Vous aimerez aussi

Commentaires