Auteur
David Nathan
Les raisons de devenir zéro déchet

Selon la Semaine québécoise de réduction des déchets, un Québécois produit en moyenne 724 kilogrammes de déchets par an et 5 % des gaz à effet de serre émis par le Québec proviennent de l’enfouissement de nos déchets. Même si cette situation est préoccupante, il n'est pas trop tard pour agir. Une des solutions concrètes à adopter est le « zéro déchet ». Voici 7 bonnes raisons pour passer à l'action.

Pour diminuer son empreinte environnementale

Il faut vraiment vivre dans une grotte pour ne pas avoir entendu parler du réchauffement climatique et comment celui-ci est lié aux rejets dans l'atmosphère de gaz à effet de serre. Selon Environnement et Changement climatique Canada « La décomposition de la matière organique dans les lieux d’enfouissement produit un gaz qui est composé principalement de méthane, un gaz à effet de serre qui contribue aux changements climatiques ». La conclusion est simple : moins de déchets produits = moins de GES. Nous consommons tous, nous sommes donc tous concernés et chacun d'entre nous peut agir.

Pour les générations futures

On connait tous cette très belle phrase « Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants ». Elle prend tout son sens quand on la place dans le contexte actuel. Toutes nos actions, tous nos gestes quotidiens ont une incidence concrète sur la planète et donc sur l'état dans laquelle vont la « récupérer » les futures générations, nos enfants, nos petits-enfants... Agir aujourd'hui, c'est aussi s'occuper de préserver la planète de demain.

Le zéro déchet pour protéger les océans

Le plastique est une matière aussi pratique et répandue dans notre quotidien qu'elle est « problématique » pour l'environnement. En effet, selon le gouvernement canadien, chaque année, à l'échelle mondiale « environ huit millions de tonnes de déchets de plastique se retrouvent dans les océans, ce qui équivaut à déverser un camion de déchets plein de plastique dans l’océan toutes les minutes. À ce rythme, le poids des déchets de plastique dans les océans pourrait être supérieur à celui des poissons d’ici 2050 ». Cette image a de quoi faire réfléchir, notamment en ce qui concerne notre consommation de produits emballés dans du plastique. Une solution pour réduire le plastique des emballages est d'acheter « en vrac ». Acheter différemment peut sauver les océans!

Pour inspirer les autres

On a tous sans même s'en rendre compte et en avoir conscience, une influence sur les autres. Nos amis, notre famille, nos collègues de bureau sont autant de personnes qui nous voient agir. En adoptant une position « zéro déchet », on devient un exemple très concret des choses que l'on peut faire. Simplement en expliquant notre position, les conséquences qu'elle a sur la planète, on répand la bonne parole et on peut même convaincre les gens autour de soi de nous imiter.

Pour rendre la planète plus belle

On ne se le cachera pas, voir des déchets dans la rue, sur une plage ou n'importe où d'ailleurs, n'a rien de très agréable. En plus des effets négatifs sur la planète, c'est une pollution visuelle de tous les instants. Éliminer ses déchets, c'est donc une action très concrète pour rendre le monde plus beau et plus agréable à regarder.

Pour préserver les ressources naturelles

Choisir de réduire ses déchets (idéalement tendre vers le fameux « zéro déchet »), c'est poser un geste qui a des conséquences très concrètes sur la planète. En effet, la réduction des déchets à la source permet de limiter l’épuisement de ressources renouvelables et non renouvelables.

Pour diminuer les impacts économiques

En évitant de produire des déchets, on évite tout une série d'actions comme la collecte du déchet, son acheminement, son élimination ou son enfouissement dans un centre spécialisé, ce qui représente un coût financier pour les collectivités. Les raisons pour tendre vers le « zéro déchet » sont nombreuses et c'est l'effort de chacun qui pourra en bout de ligne faire la différence.

Et si vous deviez ne retenir qu'une phrase, sachez que « Le déchet qui pollue le moins est celui qu’on ne produit pas ».

Vous aimerez aussi